La préfecture a évacué mardi matin un camp où s'étaient installés quelque 270 Roms

L'opération a débuté à 6h.Selon la préfecture, elle faisait suite à un rejet par le tribunal administratif d'un recours contre une décision préfectorale d'expulsion prise le 18 mars, le camp étant illégal.

Photo prise le 23 juillet 2008 au bidonville du Hanul à Saint-Denis
Photo prise le 23 juillet 2008 au bidonville du Hanul à Saint-Denis (AFP/Thomas Coex)

L'opération a débuté à 6h.

Selon la préfecture, elle faisait suite à un rejet par le tribunal administratif d'un recours contre une décision préfectorale d'expulsion prise le 18 mars, le camp étant illégal.

Cet ordre d'évacuation a été pris pour des questions de sécurité, a fait valoir la préfecture qui a expliqué que les occupants du camp, installés dans des caravanes sous un pont le long du canal de l'Ourcq, s'étaient branchés illégalement sur le réseau d'ERDF.

La semaine passée, la mairie socialiste de Paris et la mairie communiste de Bobigny, propriétaires du terrain, avaient condamné le "caractère unilatéral" de la décision d'expulsion du préfet, et demandé à l'Etat une table ronde sur les campements roms.