Cet article date de plus d'onze ans.

La neige a provoqué des coupures d'électricité en Corse, où l'état de vigilance orange a été levé

Mille cinq cents foyers restaient privés d'électricité jeudi matin en Corse, après les précipitations neigeuses, surtout dans le nord de l'île où la circulation demeurait difficile.De nombreux villages du Cap corse, du Nebbiu et de Castagniccia, qui se trouvent sous un mètre de poudreuse, étaient toujours isolés.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 4 min.
La Corse sous la neige, le 10 mars 2010 (France 2)

Mille cinq cents foyers restaient privés d'électricité jeudi matin en Corse, après les précipitations neigeuses, surtout dans le nord de l'île où la circulation demeurait difficile.

De nombreux villages du Cap corse, du Nebbiu et de Castagniccia, qui se trouvent sous un mètre de poudreuse, étaient toujours isolés.

Les travaux de réparation s'effectuent dans des conditions délicates en raison de la neige et de fortes rafales de vent. Les préfectures des deux départements de Corse ont déconseillé les déplacements.

Une dizaine de groupes électrogènes envoyés du continent ont été mis en service pour palier les défaillances du réseau affecté par les chutes d'arbres, de poteaux et de câbles en raison des abondantes chutes de neige depuis mardi.

Retour à la normale dans le sud-ouest
La situation est revenue progressivement à la normale mardi dans les Pyrénées-Orientales et dans l'Aude, où les fortes chutes de neige avaient aussi paralysé la circulation. Dans les Pyrénées-Orientales les principaux axes routiers ont été rouverts à la circulation à la mi-journée. Le poste-frontière franco-espagnol du Perthuis est lui aussi rouvert, a indiqué la préfecture de Perpignan. Le trafic ferroviaire a repris progressivement mardi matin et le trafic aérien dans l'après-midi.

Des chutes de neige exceptionnelles
Lundi, la circulation dans le sud de la France a été très perturbée par les chutes de neige exceptionnellement importantes pour la saison. Dans les départements les plus touchés, le Gard comme les Pyrénées-Orientales, on remontait dans les souvenirs jusqu'aux années 1970 pour retrouver un tel épisode neigeux au début mars.

Plus de six mille voyageurs ont été bloqués dans la nuit de lundi à mardi dans les Pyrénées-Orientales et l'Aude. Les automobilistes et passagers d'autobus ont trouvé refuge dans des salles communales, des gymnases ou chez l'habitant, alors que les passagers de trains ont dû passer la nuit dans les wagons, immobilisés sur les quais de diverses gares.

La préfecture de l'Aude a comptabilisé au total 1.800 passagers de trains bloqués (1.200 à Narbonne, 400 à Lézignan, 200 à Carcassonne) qui ont été ravitaillés pendant la nuit par les pompiers ou des mairies.

Une centaine de passagers d'un train Talgo en provenance de Barcelone ont dû passer la nuit de lundi à mardi en gare de Cerbère (Pyrénées-Orientales) à bord du train, bloqué en raison des chutes de neige. Les pompiers ont permis de maintenir le chauffage du train pendant la nuit en apportant un supplément de gazole et les voyageurs ont pu se restaurer après réquisition d'une supérette par les autorités.

En Espagne et en Italie aussi

100.000 personnes étaient toujours privées d'électricité mercredi en Catalogne (nord-est) après les intenses chutes de neige de lundi tandis que la neige commençait à toucher l'archipel méditerranéen des Baléares.

La zone la plus touchée par les coupures d'électricité était la province de Gérone, entre Barcelone et la frontière française. Le secrétaire général à l'Intérieur du gouvernement catalan, Joan Boada, espérait qu'environ 50.000 personnes retrouveraient l'électricité dans la journée de mercredi.

Environ 40.000 écoliers n'ont pas encore pu se rendre en classe mercredi, deux jours après les fortes chutes de neige, inhabituelles, qui ont recouvert d'un manteau blanc la ville de Barcelone où il n'avait pas autant neigé depuis 25 ans.

Le trafic ferroviaire a été rétabli mais la situation restait chaotique mercredi sur l'autoroute AP-7 au niveau de La Jonquera à la frontière française. La frontière a été réouverte mardi à la mi-journée mais il y avait mercredi encore une vingtaine de kilomètres d'embouteillages côté espagnol où 5000 camions ont été immobilisés pour essayer de fluidifier le trafic automobile.

En Italie aussi
L'Italie a continué mercredi à subir une vague d'intempéries avec des chutes de neige dans le nord et de fortes pluies dans le sud provoquant inondations et glissements de terrain. Dans le centre de l'Italie, la neige a entraîné la fermeture mercredi à l'aube de l'aéroport Marconi de Bologne. Dans le nord du pays, la Vénétie subissait des bourrasques de vent jusqu'à 80 km/h et la neige a recouvert Venise d'un manteau blanc.

Dans la nuit de mardi à mercredi, plusieurs centaines de personnes ont été bloquées par la neige sur l'autoroute entre Rome et L'Aquila.

Mardi, des flocons de neige sont tombés sur les centres historiques de Florence et Sienne en Toscane (centre), mais aussi sur l'île d'Elbe et à Pise, phénomène très rare dans cette ville située non loin de la mer. Dans la province de Viterbe, au nord-ouest de Rome, la neige a bloqué de nombreuses routes et causé des bouchons. En Calabre, certaines zones montagneuses ont accumulé 40 cm de neige entre lundi soir et mardi matin.

A l'île d'Elbe, une tempête de neige a paralysé la circulation sur le versant ouest et isolé certains villages. Des écoles ont dû être fermées, tout comme en Ombrie (centre), où la neige a recouvert d'un manteau blanc Pérouse, Assise, Orvieto, ainsi que les localités en bordure du lac Trasimène.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.