Cet article date de plus de dix ans.

La messe de minuit du Noël orthodoxe s'est déroulée jeudi soir sous haute sécurité à l'église copte de Châtenay-Malabry

Après des menaces sur internet contre cette église, d'importantes mesures de sécurité ont été prises pour cet office de cinq heures: portiques de sécurité, une dizaine de personnes à l'entrée, des barrières de sécurité et de nombreux policiers autour de l'édifice, a constaté une journaliste de l'AFP.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Girguis Lucas, curé de la paroisse copte de Châtenay-Malabry, le 4 janvier 2011. (AFP)

Après des menaces sur internet contre cette église, d'importantes mesures de sécurité ont été prises pour cet office de cinq heures: portiques de sécurité, une dizaine de personnes à l'entrée, des barrières de sécurité et de nombreux policiers autour de l'édifice, a constaté une journaliste de l'AFP.

Le curé de cette paroisse, Girguis Lucas, qui revendique 5.000 fidèles, a porté plainte à la suite de menaces proférées sur internet, après l'attentat contre une église d'Alexandrie en Egypte qui a fait 21 morts le 31 décembre. Selon une estimation du ministère de l'Intérieur, 45.000 coptes orthodoxes, ces chrétiens d'Egypte, vivent en France. Leurs représentants évoquent le chiffre de 250.000. De nombreuses personnalités politiques et responsables religieux sont venues apporter leur soutien à la communauté copte.

De nombreux soutiens
Le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux
est arrivé à l'église à 21H00, peu après le président UMP du conseil général des Hauts-de-Seine, Patrick Devedjian. Le ministre devait assister à une partie de la cérémonie, pendant environ une heure.

Accompagné de Joël Mergui, président du consistoire juif de France, le grand rabbin de France, Gilles Bernheim, a exprimé son soutien: "les Juifs sont solidaires de toutes les communautés religieuses victimes de la terreur. Nous sommes venus pour dire à la communauté copte tout (notre) soutien et que la solidarité n'est pas qu'un mot".

Le président du conseil français du culte musulman, Mohammed Moussaoui, a affirmé qu'il fallait "afficher notre unité face au terrorisme, un mal qui ronge l'humanité entière".L'ambassadeur d'Egypte, Nasser Kamel, a souligné que "la grande richesse de l'Egypte est l'existence de plusieurs communautés".

L'évêque de Nanterre, Mgr Daucourt, est aussi venu manifester son soutien "à cette Église persécutée", tout comme le pasteur Philippe Kabongo Mbaya, représentant de la Fédération protestante de France dans les Hauts-de-Seine. Tout en relevant qu'aucune menace "circonstanciée", précise, n'était arrivée à sa connaissance, la police a renforcé la sécurité autour des 19 édifices coptes de France.

Les coptes appartiennent à une des plus anciennes Eglises chrétiennes du Proche-Orient. Leur Eglise a été fondée en Egypte à l'aube du christianisme, à l'époque où l'Egypte a été intégrée à l'empire romain. Elle compte une minorité de catholiques mais la plupart des coptes sont orthodoxes et ont à leur tête le patriarche Chenouda III, installé à Alexandrie.

En France, la majorité est installée en région parisienne où se trouvent leurs trois églises principales, à Villejuif (Val-de-Marne), Châtenay-Malabry et Colombes (Hauts-de-Seine). Comme les orthodoxes russes ou byzantins, les coptes orthodoxes suivent le calendrier julien, proche du calendrier lunaire, ce qui explique qu'ils fêtent Noël le 7 janvier.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.