La France tend la main à la Turquie

Nicolas Sarkozy a tendu la main à son homologue turc Abdullah Gül dans le domaine du nucléaire civil

Nicolas Sarkozy a reçu Abdullah Gül pour un déjeuner de travail
Nicolas Sarkozy a reçu Abdullah Gül pour un déjeuner de travail (© AFP - Filippo Monteforte)
Nicolas Sarkozy a tendu la main à son homologue turc Abdullah Gül dans le domaine du nucléaire civilNicolas Sarkozy a tendu la main à son homologue turc Abdullah Gül dans le domaine du nucléaire civil

Le chef de l'Etat a proposé qu'il puisse y avoir une coopération franco-turque en matière nucléaire, non seulement en Turquie mais aussi dans les pays d'Asie centrale.

Autre sujet abordé, le projet de gazoduc Nabucco. Nicolas Sarkozy a exprimé le souhait que les entreprises françaises, notamment GDF Suez, puissent y participer pleinement.

Porté par la Turquie, l'Autriche, la Hongrie, la Bulgarie et la Roumanie, Nabuco prévoit la construction d'un gazoduc de 3.300 km de long pour transporter 31 milliards de m3 de gaz par an en provenance d'Asie centrale, notamment vers l'Union européenne, via la Turquie et le sud-est de l'Europe.

En 2008, GDF Suez avait retiré sa candidature au consortium, mis en place pour la construction de Nabucco face à l'opposition de la Turquie, en raison de la position de la France sur le génocide arménien et son opposition à l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne.

Selon l'Elysée, le président turc s'est félicité du soutien français à Nabucco" et a dit que les entreprises françaises étaient les bienvenues dans ce projet".

Concernant le nucléaire civil et toujours selon l'Elysée, Abdullah Gül "a répondu qu'il était intéressé, qu'il avait reçu (la présidente du directoire d'Areva) Anne Lauvergeon à plusieurs reprises et que c'était des perspectives très encourageantes."

Lire aussi:
> Istanbul, "ville aux cent noms", s'expose à Paris