Cet article date de plus de dix ans.

La fermeture administrative de trois hôtels lillois pour enquête sur l'affaire de proxénétisme inquiète les salariés.

110 emplois sont menacés par la fermeture. Réceptionnistes, agents d'entretien, femmes de chambres de l'hôtel de luxe Carlton de Lille restent incrédules devant les faits .
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (DENIS CHARLET / AFP)

110 emplois sont menacés par la fermeture. Réceptionnistes, agents d'entretien, femmes de chambres de l'hôtel de luxe Carlton de Lille restent incrédules devant les faits .

Des salariés se sont rassemblés tôt ce lundi matin dans leurs hôtels pour dénoncer les conséquences de cette mesure. "Une fermeture de trois mois, ce serait la liquidation totale", estime Paul Meritani, responsable des services techniques du Carlton, dans l'établissement depuis 1998.

Ce dossier, qui a déjà entraîné la , devrait se développer cette semaine avec l'audition attendue de plusieurs policiers pour déterminer leur rôle éventuel dans un présumé réseau.

Trois dirigeants de l'hôtel de luxe Carlton à Lille et un entrepreneur sont déjà écroués pour "proxénétisme aggravé", et l'avocat Emmanuel Riglaire est également poursuivi pour les mêmes faits et placé sous contrôle judiciaire. L'affaire a commencé en Belgique où plusieurs personnes, gérants de bars de nuit et de salons de massage, ont été interpellées pour avoir organisé un réseau de prostitution employant de jeunes adultes et quelques mineures. Les enquêteurs belges ont passé le relais à ceux de Lille car les prostituées ont expliqué franchir régulièrement la frontière pour aller dans le Carlton de Lille.

Après la parution de son nom dans la presse, Dominique Strauss-Kahn a demandé dimanche dans le cadre de cette affaire, où son nom apparaîtrait comme possible client. Son avocat a expliqué que l'ancien directeur général du Fonds monétaire international (FMI) voulait mettre "un terme aux insinuations et extrapolations hasardeuses et encore une fois malveillantes".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.