La douloureuse pour les propriétaires parisiens

La hausse de la taxe foncière a pris de court les propriétaires parisiens qui ont commencé à la recevoir ces jours-ci

La hausse de la taxe foncière a pris de court les propriétaires parisiens qui ont commencé à la recevoir ces jours-ciLa hausse de la taxe foncière a pris de court les propriétaires parisiens qui ont commencé à la recevoir ces jours-ci

La taxe foncière a en effet gagné 28,65% par rapport à l'an passé. Pour un 60 m2, la facture coûte en moyenne 100 euros de plus qu'en 2008, ce qui fait grimacer nombre de propriétaires.

Pourtant, le maire de Paris Bertrand Delanoë avait annoncé clairement ses intentions peu avant les dernières municipales de 2008 qui ont vu sa réélection.

Cette augmentation spectaculaire résulte en fait d'une hausse de la taxe foncière (9%) conjuguée à la création d'une taxe foncière départementale (de 3%) qui n'existait pas auparavant. Paris étant à la fois ville et département, elle avait échappé à la règle selon laquelle en France les propriétaires payent une taxe foncière perçue par la commune, le département et la région.

En juin dernier, M.Delanoë avait estimé que "le produit de la hausse sur la taxe foncière va peser de manière très minoritaire sur les citoyens de Paris résidant à Paris, ça va peser essentiellement sur l'immobilier d'entreprises et les résidences secondaires (...) donc pas vraiment des smicards".

Les contribuables pas au bout de leurs peines

Les Parisiens ne sont pas au bout de leurs peines: en novembre, ils recevront la taxe d'habitation qui sera elle aussi en hausse de 9%.
Et le Maire de Paris a prévu pour l'an prochain une nouvelle hausse des taux des quatre impôts locaux, de moindre ampleur - "inférieure à 10%" a-t-il promis -, que Bertrand Delanoë devra arbitrer le mois prochain.

L'effondrement du marché de l'immobilier et des droits de mutation, les taxes que perçoit la municipalité pour chaque transaction immobilière, a mis les finances municipales à genoux avec un manque à gagner estimé à 250 millions d'euros cette année. D'où la nécessité vitale d'une hausse des impôts locaux.

Les contribuables parisiens ne sont pas les seuls à souffrir: la plupart des villes de plus de 100.000 habitants ont le même problème que Paris. La crise les a en effet privées elles aussi des droits de mutation et le Forum pour la gestion des villes et des collectivités territoriales affirme qu'il s'agit de "la plus forte hausse depuis dix ans" de la taxe foncière.

Craintes de pression fiscale accrue sur les ménages


Enfin, les projets du gouvernement en matière de finances locales, et en particulier la réforme de la taxe professionnelle, font craindre une "pression fiscale accrue" sur les ménages.

Jusqu'à présent, la taxe professionnelle permettait d'alléger les impôts dans les villes riches en entreprises. La donne va changer.

Selon l'Association des Petites Villes de France, la réforme de la taxe professionnelle telle qu'elle se présente actuellement, "se traduirait par un accroissement massif de la part des impôts communaux prise en charge par les ménages".