Cet article date de plus d'onze ans.

La colère de Fillon envers ses troupes

François Fillon s'en est pris à Henri Guaino ainsi qu'à Rama Yade, lors d'une intervention devant les députés UMP
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le Premier ministre François Fillon (archives) (© France)
François Fillon s'en est pris à Henri Guaino ainsi qu'à Rama Yade, lors d'une intervention devant les députés UMPFrançois Fillon s'en est pris à Henri Guaino ainsi qu'à Rama Yade, lors d'une intervention devant les députés UMP L'attaque du Premier ministre contre le conseiller spécial du chef de l'Etat, Henri Guaino, lors d'une réunion hebdomadaire du groupe UMP à l'Assemblée, faisait suite à des déclarations du vice-président du groupe, Jean Leonetti, sur le grand emprunt.

La taxe professionnelle ou le droit à l'image collective des sportifs divisent aussi la majorité.

Jean Leonetti s'est justifié, selon plusieurs participants à cette réunion, d'avoir cosigné avec 62 autres députés UMP une tribune en faveur d'un grand emprunt supérieur à 50 milliards d'euros, assurant que cette initiative avait été lancée en liaison avec "des membres de l'exécutif". Dans les couloirs, plusieurs députés UMP signataires ne cachent pas en effet avoir reçu l'aval d'Henri Guaino.

"Le pouvoir exécutif était totalement en dehors de cette démarche. Les conseillers du président ne font pas partie du pouvoir exécutif !", a asséné le Premier ministre, très applaudi par les députés UMP.

François Fillon a également regretté, au cours de la réunion, que tout le monde ne se soit pas rangé à l'arbitrage rendu par Nicolas Sarkozy et lui-même sur la suppression du "droit à l'image collective", dispositif d'exonérations de charges sociales pour le sport professionnel. Il visait notamment Rama Yade, qui s'est exprimée, après les arbitrages, contre la suppression du dispositif.

"J'ai naturellement fait savoir à la secrétaire d'Etat (Rama Yade) ce que je pensais de la méthode qui consiste à se désolidariser de son ministre. Il faudra en tirer les conséquences le moment venu", a lancé, menaçant, M. Fillon.

Le dispositif voté par les députés sera confirmé au Sénat avec pour seule modification un report de six mois, a affirmé mardi François Fillon aux députés UMP.

On a appris par ailleurs que le président de la République a réclamé mardi une mission de réflexion sur la rémunération des sportifs de haut niveau, afin de mettre un terme à la polémique. Il a toutefois "confirmé la princiope de l'amendement".

"Le président a été à l'écoute de nos remarques sur le fait qu'on ne pouvait pas en plein milieu de saison déstabiliser les clubs. L'idée a donc été de repousser la suppression de la DIC à la fin de la saison", a indiqué le porte-parole de l'UMP Frédéric Lefebvre.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.