Cet article date de plus d'onze ans.

L'usine Dunlop-Goodyear bloquée par les salariés

L'usine Goodyear-Dunlop d'Amiens-sud était bloquée jeudi par des salariés en colère contre l'organisation du travail
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Ouvriers en colère dans l'usine de Dunlop-Goodyear d'Amiens-sud le 29 octobre 2009 (© France)
L'usine Goodyear-Dunlop d'Amiens-sud était bloquée jeudi par des salariés en colère contre l'organisation du travailL'usine Goodyear-Dunlop d'Amiens-sud était bloquée jeudi par des salariés en colère contre l'organisation du travail

Soutenus par le syndicat Sud-Chimie, les salariés veulent la renégociation d'un nouvel accord d'entreprise.

Le blocage a commencé mercredi soir par au moins 150 salariés, après une séance de négociations sur la réorganisation du travail en 4X8, provoquée par une décision de justice.

"Les gens travaillent depuis dix mois en 4X8 et ils n'en peuvent plus, ils sont épuisés. On fait deux jours du matin, deux jours d'après-midi, deux jours de nuit et deux jours de repos. Mais comme on finit de nuit et qu'on reprend du matin, on n'a même pas un jour et demi de repos", a expliqué Wilfried Lebeaux, délégué Sud.

La direction du fabricant américain de pneumatiques qui emploie 1.100 salariés dans cette unité, a confirmé le blocage de l'usine. Contrairement aux salariés de l'usine voisine Goodyear-Dunlop d'Amiens Nord, ceux de l'usine d'Amiens-Sud avaient accepté de signer un accord de réorganisation du travail en 4x8 après un référendum du personnel. Début septembre, cette réorganisation du travail en 4X8 à Amiens-Sud a été remise en cause par le TGI d'Amiens et obligé la direction a renégocier un accord avec les syndicats du site.

Par ailleurs, le TGI de Nanterre a suspendu fin août un plan de restructuration prévoyant 820 suppressions d'emploi à Amiens-Nord. Le plan social annoncé le 26 mai par la direction s'était révélé deux fois supérieur à une précédente restructuration touchant 402 emplois, que le tribunal de Nanterre avait déjà interdit en novembre 2008 pour non respect des procédures légales.

Pour expliquer les raisons du plan social, la direction de Goodyear-Dunlop -qui emploie 3.500 personnes en France- avait invoqué la crise automobile mais également le refus de la CGT, syndicat majoritaire, d'accepter en juillet 2008 la nouvelle organisation du travail en "4x8".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.