L'opération escargot des chauffeurs de taxi au départ des aéroports de Roissy et d'Orly a pris fin au Champs-de-Mars

Plusieurs centaines de taxis, répondant à l'appel du Syndicat de Défense des Conducteurs de Taxis parisiens (SDCTP), ont provoqué des ralentissements sur les autoroutes A1, A106 et A6 au nord et au sud de Paris.Ils refusent de nouvelles dispositions autorisant notamment les motos et les shuttles à charger des clients aux stations taxis.

Précédent blocage de taxis à Paris.
Précédent blocage de taxis à Paris. (France 2)

Plusieurs centaines de taxis, répondant à l'appel du Syndicat de Défense des Conducteurs de Taxis parisiens (SDCTP), ont provoqué des ralentissements sur les autoroutes A1, A106 et A6 au nord et au sud de Paris.

Ils refusent de nouvelles dispositions autorisant notamment les motos et les shuttles à charger des clients aux stations taxis.

Partis en fin de matinée des aéroports d'Orly et de Roissy, deux cortèges, forts d'environ 200 véhicules, se sont retrouvés au Champ-de-Mars en début d'après-midi au pied de la Tour Eiffel où ils se sont ensuite dispersé sans incidents.

Les conducteurs de taxi s'opposent à de nouvelles dispositions qui devraient être adoptées le 11 décembre par la commission professionnelle, selon le SDCTP. Parmi elles, "l'autorisation pour les motos et shuttles (ndlr : les navettes) de charger sur les stations taxis", "l'attribution de licences gratuites aux loueurs" et "le retrait de la carte professionnelle en cas de perte de six points sur le permis de conduire".

La Fédération nationale des Artisans du Taxi (Fnat, majoritaire) et sa branche parisienne, la Chambre syndicale des Artisans du Taxi (CSAT), ne sont pas "parties prenantes" de cette initiative, a indiqué une porte-parole de la Fédération.