Cet article date de plus d'onze ans.

L'Iran a averti Paris mercredi qu'il n'accepterait aucune condition à la comparution devant la justice de Clotilde Reiss

Le ministère iranien des Affaires étrangères a dénoncé une "pression politique" de la France, alors que le procès de la jeune universitaire française qui a commenté les manifestations iraniennes sur Internet, doit reprendre à une date qui n'a pas encore été fixée.Arrêtée le 1er juillet, celle-ci est aujourd'hui confinée à l'ambassade de France.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Clotilde Reiss à son procès à Téhéran (08/08/09) (France 2)

Le ministère iranien des Affaires étrangères a dénoncé une "pression politique" de la France, alors que le procès de la jeune universitaire française qui a commenté les manifestations iraniennes sur Internet, doit reprendre à une date qui n'a pas encore été fixée.

Arrêtée le 1er juillet, celle-ci est aujourd'hui confinée à l'ambassade de France.

Le Figaro avait rapporté début novembre que la France avait fait savoir à l'Iran que Clotilde Reiss se rendrait aux convocations du tribunal de Téhéran si elle recevait l'assurance écrite que la chercheuse ne serait pas emprisonnée.

"Conditionner la présence de la ressortissante française devant le tribunal à une garantie des autorités iraniennes (comme quoi elle ne sera pas emprisonnée) est une claire violation des engagements officiels et écrits du gouvernement français selon lesquels elle est à la disposition de la justice" iranienne", a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères Ramin Mehmandoust à l'agence Fars. "Cela n'est en aucune manière acceptable", a-t-il ajouté. "Clotilde Reiss ne sera pas graciée sous la pression politique et personne n'a le droit de décider pour le juge", a-t-il encore dit.

"L'insistance avec laquelle les autorités françaises présentent des demandes injustifiables et la remise en cause de l'autorité judiciaire iranienne peuvent créer des conditions défavorables pouvant affecter la confiance des autorités judiciaires iraniennes quant à la sincérité des responsables français à propos des engagements pris par l'ambassade de France à Téhéran", a encore dit M. Mehmandoust.

Clotilde Reiss, 24 ans, a été arrêtée le 1er juillet pour avoir participé à des manifestations après la réélection controversée du président Mahmoud Ahmadinejad le 12 juin. Elle a été libérée sous caution mi-août à condition de rester à l'ambassade de France, dans l'attente de son jugement. L'agence Irna avait indiqué début août que la Française était accusée d'avoir "rassemblé des informations et encouragé les émeutiers".

Le procureur général de Téhéran a indiqué lundi que son procès allait reprendre à une date non déterminée. Selon Le Figaro, dans un courrier au ministère iranien des Affaires étrangères, l'ambassade de France indique que Clotilde Reiss se rendrait aux
convocations du tribunal chaque fois que nécessaire, mais qu'il fallait d'abord une assurance écrite que sa libération sous caution ne serait pas mise en cause. Autrement dit qu'elle ne se voie pas notifier un emprisonnement quand elle sortira de l'ambassade à l'occasion de l'une de ces convocations.

Cette affaire a contribué à tendre les relations déjà mauvaises entre Paris et Téhéran, en raison de positions françaises intransigeantes sur le dossier nucléaire. La France a vivement condamné mercredi la "répression" d'une manifestation de l'opposition à Téhéran. Fin septembre, le président français Nicolas Sarkozy avait une nouvelle fois réclamé la libération de Clotilde Reiss, une jeune femme "innocente".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.