L'ex-trader de la SocGen est "abattu par le poids de la sanction et des responsabilités que les juges m'ont fait porter"

Dans un entretien exclusif à Europe 1, Jérôme Kerviel réagit à sa condamnation : "J'ai vraiment le sentiment qu'on a voulu me faire payer pour tout le monde".L'ancien trader, présenté par le tribunal comme "arrogant" et "cynique", ne s'est pas reconnu dans cette description et dit avoir reçu de nombreux messages de soutien depuis mardi.

Jérôme Kerveil arrivant au Palais de justice de Paris le 5 octobre 2010 pour un procès hors normes
Jérôme Kerveil arrivant au Palais de justice de Paris le 5 octobre 2010 pour un procès hors normes (AFP - Martin BUREAU)

Dans un entretien exclusif à Europe 1, Jérôme Kerviel réagit à sa condamnation : "J'ai vraiment le sentiment qu'on a voulu me faire payer pour tout le monde".

L'ancien trader, présenté par le tribunal comme "arrogant" et "cynique", ne s'est pas reconnu dans cette description et dit avoir reçu de nombreux messages de soutien depuis mardi.

En appel, Kerviel voudra prouver qu'il n'était "pas seul dans ce bateau"
"On s'est arrêté à cette part de responsabilité qui est la mienne en évitant à tout prix de s'attarder sur la responsabilité des autres, en négligeant totalement les pièces à décharge qui prouvaient que mes supérieurs avaient connaissance de ce que je faisais", a-t-il ajouté.

"Evidemment que quand on recoit un tel coup de massue sur la tête, c'est difficile. Quand le jugement a été rendu, la première pensée que j'ai eue a été pour mon père, pour ma mère", a expliqué Jérôme Kerviel.

Le jeune homme de 33 ans, qui s'affiche à la une de toute la presse française et de journaux internationaux mercredi, va dorénavant travailler sur son procès en appel, dans le but "d'apporter la preuve une fois pour toutes que je n'étais pas seul dans ce bateau-là".

"Je vais continuer à travailler à la fois dans la société dans laquelle je suis et je vais me remettre avec mes avocats Olivier Metzner et Nicolas Huc-Morel dans mon dossier pénal", a-t-il dit.

"Une défaite de la justice"
Prié de dire s'il souhaitait que la Société Générale renonce à lui réclamer près de cinq milliards d'euros, il a répondu: "Moi, je ne demande rien à la Société Générale".
Son avocat Maître Metzner a ajouté: "Je pense que ce serait à la Société Générale d'assumer ses responsabilités, cette somme ne leur est pas due, ils le savent, ils n'ont aucune raison de la réclamer".

Le conseil de Jérôme Kerviel a par ailleurs qualifié le jugement du tribunal de Paris de "défaite de la justice".
"C'est une mort civile, une mort pécuniaire, c'est l'empêcher de travailler à vie puisqu'on lui interdit de travailler sur tout marché financier", a-t-il ajouté.