L'ex-garde des Sceaux s'est vu retirer l'escorte de trois policiers ainsi que le bénéfice d'une Peugeot 607

L'entourage de Mme Dati confirme une information du Canard Enchaîné qui affirmait que les policiers étaient restés à sa disposition après son départ du gouvernementSelon l'hebdomadaire, Nicolas Sarkozy aurait été mécontent de voir l'eurodéputée UMP sur les plateaux de télévision le soir du 1er tour alors qu'elle a été absente pendant la campagne

Rachidat Dati le 14 mars 2010 venue commenter les résultats du premier tour sur France 2
Rachidat Dati le 14 mars 2010 venue commenter les résultats du premier tour sur France 2

L'entourage de Mme Dati confirme une information du Canard Enchaîné qui affirmait que les policiers étaient restés à sa disposition après son départ du gouvernement

Selon l'hebdomadaire, Nicolas Sarkozy aurait été mécontent de voir l'eurodéputée UMP sur les plateaux de télévision le soir du 1er tour alors qu'elle a été absente pendant la campagne

Une mission stoppée du jour au lendemain
Le président aurait alors, selon le Canard, téléphoné au directeur général de la police nationale pour "prendre des mesures de rétorsion" et lui retirer "dans l'heure" sa limousine, son chauffeur et les policiers, mis à sa disposition par le ministère de l'Intérieur.

Contacté par l'AFP, l'entourage de Mme Dati a partiellement reconnu les faits, en nuançant d'où venait l'ordre.

"Ce n'est pas si évident que ce soit une décision du président, l'article du Canard est quand même très romancé. Ce qui est sûr, c'est que c'est une décision du ministre de l'Intérieur", selon l'entourage de l'ex-ministre.

"Il s'agit essentiellement de trois officiers de police du SPHP (le service de protection des hautes personnalités) à qui on a demandé d'arrêter la mission du jour au lendemain, le 14 mars", selon cette même source.

Tous les ministres régaliens peuvent conserver une voiture et des officiers de sécurité durant six mois après leur départ du gouvernement, indiquait-on dans l'entourage du ministre de l'Intérieur. La voiture et les officiers de sécurité affectés à la protection de Mme Dati lui ont été retirés en mars, dans ce cadre normal, ajoutait-on de même source, sans pouvoir préciser la date exacte.

Le 14 mars au soir, Mme Dati, qui avait quitté le gouvernement en juin 2009, après son élection au Parlement européen, était apparue sur France 2 pour exhorter à "reprendre nos fondamentaux" et éviter que les "électeurs se sentent abandonnés".

Selon son entourage, l'eurodéputée a bénéficié d'une protection parce qu'elle "fait l'objet de menaces assez fréquemment".

Aujourd'hui, elle bénéficie d'une Renault Laguna fournie par sa mairie du VIIe arrondissement.