L'avocat des familles des deux jeunes morts à Villiers-le-Bel en 2007 dans une collision avec la police a déposé plainte

Me Jean-Pierre Mignard accuse les policiers impliqués dans l'accident de "faux témoignage".Les policiers, dont la voiture avait percuté la mini-moto des deux adolescents, avaient bénéficié d'un non-lieu à l'automne 2009.

La voiture de police, après l\'accident qui a mis le feu aux poudres à Villiers-le-Bel, le 25 novembre 2007
La voiture de police, après l'accident qui a mis le feu aux poudres à Villiers-le-Bel, le 25 novembre 2007 (France 3)

Me Jean-Pierre Mignard accuse les policiers impliqués dans l'accident de "faux témoignage".

Les policiers, dont la voiture avait percuté la mini-moto des deux adolescents, avaient bénéficié d'un non-lieu à l'automne 2009.

"Les policiers n'ont pas dit la vérité à leurs collègues, au procureur de la République et au juge d'instruction", a déclaré à l'AFP Me Jean-Pierre Mignard. Selon lui, les policiers "ont menti sur les raisons pour lesquelles ils se trouvaient" sur les lieux ainsi que sur la vitesse de leur véhicule.

"Ils n'ont pas dit la vérité sur la vitesse de leur voiture. Ils ont dit qu'ils roulaient normalement. Or le rapport de l'expertise judiciaire a montré que le véhicule était en phase d'accélération", ajoute l'avocat. Selon lui, "on ne leur a jamais demandé de s'expliquer".

Selon Araf Sehouli, le père d'un des adolescents, "cela se voyait dès le début qu'il s'agissait d'un faux témoignage concernant la vitesse".

"J'attends toujours de trouver la vérité sur ce qu'il s'est passé. Et eux ils essayent toujours de cacher la vérité", a-t-il dit sur RTL.

Les policiers avaient été mis hors de cause à l'automne 2009 par la juge d'instruction en charge de l'affaire. La Cour d'appel de Versailles doit examiner le 17 février l'appel interjeté par les familles des adolescents.

Le drame, qui avait eu lieu le 25 novembre 2007, avait provoqué deux jours de violences entre jeunes et policiers.