Jack Lang et son interminable quête de circonscription

L'ancien ministre pourrait finalement être investi dans l'Aisne pour les législatives de 2012. Après avoir été jugé indésirable dans d'autres départements.

Jack Lang, le 19 juin 2011 à Paris.
Jack Lang, le 19 juin 2011 à Paris. (FRED DUFOUR / AFP)

Pas-de-Calais, Somme, Vosges, Gironde, et maintenant Aisne ! On ne compte plus les points de chute potentiels de Jack Lang pour sauver son siège à l'Assemblée nationale. Une chasse à la circonscription qui a inspiré un élu écologiste, auteur d'une blague anonyme dans la rubrique des "messages personnels" du journal Libération, mardi 20 décembre. 

"URGENT! JH, 72 ans, tjs fringant, noctambule festif tous les 21 juin, recherche activement circonscription accueillante et tolérante. Dispose parachute si besoin. Contact: djack.lang@sfio.fr", peut-on lire dans le quotidien. La plaisanterie est l'œuvre de Julien Bayou, membre de l'équipe de campagne d'Eva Joly.

Tour de France des circonscriptions

Il faut dire que Jack Lang n'en finit plus d'étudier une par une les hypothèses qui pourraient s'offrir à lui en vue des élections législatives de 2012. Le député du Pas-de-Calais aurait normalement dû concourir le 1er décembre pour être à nouveau investi dans sa circonscription de Boulogne-sur-Mer. Mais à la surprise générale, Jack Lang a refusé de se présenter devant le vote des militants, espérant peut-être se voir désigné par la commission d'investiture du PS. Pari perdu : les instances nationales lui ont préféré Brigitte Bourguignon, désignée par les militants.

L'ancien ministre de la Culture ne s'est pas avoué vaincu, assurant que le Parti socialiste s'était proposé de lui trouver une autre solution. Plusieurs rumeurs l'ont annoncé dans les Vosges, où il est né, ou encore en Gironde.

Le 14 décembre, il a été invité à déposer une candidature dans la première circonscription de la Somme, par le chef de file de la fédération PS du département. Sans doute pour barrer la route à Christophe Borgel, secrétaire national du PS aux élections, qui devait lui-même être parachuté dans cette circonscription très à gauche anciennement détenue par le communiste Maxime Gremetz. Lequel a menacé de se présenter contre Jack Lang, voyant dans son éventuelle candidature "une insulte aux Picards".

Un point de chute dans l'Aisne ?

C'est finalement dans une autre circonscription picarde que Jack Lang pourrait atterrir. Selon Europe 1, la troisième circonscription de l'Aisne lui tendrait les bras. Détenue depuis 1981 par le socialiste Jean-Pierre Balligand, elle est réputée imperdable pour la gauche.

Un profil de circonscription qu'affectionne l'ex-maire de Blois (Loir-et-Cher) depuis qu'il s'est fait battre pour sa réélection dans son ancienne mairie en 2001, les électeurs ne lui pardonnant pas d'avoir lorgné avec un peu trop de gourmandise sur la mairie de Paris. Dur dur, à 72 ans, de tourner la page...