INFO FRANCEINFO. Le CNRS visé par une procédure pour discrimination

Un chercheur, qui s'est notamment intéressé dans ses travaux aux difficultés des jeunes issus de l'immigration, estime avoir été injustement écarté. Plus de 200 universitaires ont dénoncé un "acharnement".

Le CNRS (illustration).
Le CNRS (illustration). (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) est soupçonné d'avoir évincé un candidat à l'embauche sur des motifs raciaux et sociaux, a appris franceinfo mercredi 14 août. Deux recours ont été déposés la semaine dernière auprès du tribunal administratif de Paris par Akim Oualhaci, post-doctorant en sociologie.

>> Soupçons de discriminations au CNRS : 200 universitaires dénoncent un "acharnement" contre un candidat recalé trois fois

Akim Oualhaci a décidé de saisir le tribunal administratif, d'une part via un référé-suspension pour suspendre les résultats du concours au poste de chargé de recherche en sociologie, auquel Akim Oualhaci postulait (audience fixée au 27 août) ; d'autre part via un recours en annulation pour faire invalider la délibération du 6 juin dernier.

Un "acharnement" dénoncé par 200 universitaires

Le chercheur, qui s'est notamment intéressé dans ses travaux aux difficultés des jeunes issus de l'immigration, estime avoir été injustement écarté. Il était admissible, mais il n'a pas été retenu par le jury d'admission. Ce scénario s'est répété, trois années de suite. Dans une lettre ouverte plus de 200 universitaires avaient dénoncé un "acharnement".

Mi-juillet, une délégation de directeurs de laboratoires et des militants syndicaux ont été reçus par le directeur du CNRS. C'est l'absence d'explication de ce dernier qui a convaincu Akim Oualhaci de porter l'affaire devant la justice administrative.