Cet article date de plus d'onze ans.

Incendie d'une école: aveu d'un jeune homme

Un jeune homme de 25 ans a reconnu avoir saccagé et incendié une école primaire lundi à Surbourg (Bas-Rhin)
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'intérieur de l'école de Surbourg (Bas-Rhin), vandalisée et incendiée le 21 juillet 2009 (© AFP PHOTO FREDERICK FLORIN)
Un jeune homme de 25 ans a reconnu avoir saccagé et incendié une école primaire lundi à Surbourg (Bas-Rhin)Un jeune homme de 25 ans a reconnu avoir saccagé et incendié une école primaire lundi à Surbourg (Bas-Rhin)

Il s'agit d'un acte de vandalisme "primaire" qui ne visait pas l'institution scolaire, selon le parquet de Strasbourg.

Interpellé jeudi à son domicile, l'accusé devait être déféré samedi matin dans le cadre d'une information pour destruction par incendie et pour vol.

Il a également reconnu avoir emporté un ordinateur portable et un appareil photo numérique, a précisé vendredi le procureur de la République du tribunal de Strasbourg, Jacques Louvel. Il est passible de 10 ans de prison.

Sans travail et habitant chez ses parents, le suspect avait des antécédents judiciaires pour de petites affaires de stupéfiants. Il a été confondu par des empreintes génétiques retrouvées dans les décombres, notamment dans un gant de latex qu'il avait utilisé et abandonné sur place. Des traces de la peinture avec laquelle il avait maculé des murs ont également été retrouvées sur ses chaussures.

"C'est un acte d'opportunité. On n'est pas dans le cadre d'une agression construite et revendiquée" contre l'école et le milieu enseignant, selon les autorités. Une expertise psychiatrique a été ordonnée pour déterminer si le jeune homme peut être tenu responsable de ses actes.

Le suspect reconnaît être entré par effraction dans l'école, lundi en fin d'après-midi. La bibliothèque et la salle informatique avaient été entièrement mises à sac. Il a ensuite mis le feu à une salle de classe. L'incendie avait fait s'effondrer la toiture et exploser les vitres.

Le saccage de l'école avait suscité une vive émotion à Surbourg, commune de 1600 habitants située à 50 kilomètres au nord de Strasbourg. Venu sur les lieux mardi, le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, avait condamné "un geste inadmissible, abject et criminel".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.