Triple infanticide d'Alfortville : le père mis en examen pour l'assassinat de ses trois filles et placé en détention provisoire

L'homme de 41 ans placé en garde à vue dimanche après avoir avoué le meurtre de ses trois filles à Alfortville, dans le Val-de-Marne, a été mis en examen mercredi pour assassinats.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Dimanche 26 novembre 2023, les corps de trois enfants ont été découverts dans un appartement à Alfortville, dans le Val-de-Marne. (LAURE PARNY / MAXPPP)

Le père de trois fillettes trouvées mortes ce week-end à Alfortville dans le Val-de-Marne a été mis en examen pour assassinats et placé en détention provisoire à l'issue de son déferrement mardi 28 novembre au tribunal judiciaire de Créteil, a appris franceinfo mercredi 29 novembre auprès du parquet de Créteil.

Le suspect de 41 ans, déjà condamné pour des violences familiales, avait été placé en garde à vue dimanche 26 novembre après s'être présenté aux forces de l'ordre à Dieppe en Seine-Maritime pour avouer le meurtre de ses trois filles, âgées de 4 à 11 ans. Lors de sa garde à vue, le père de famille a reconnu les faits, invoquant notamment un conflit avec son ex-conjointe au sujet de la garde de ses enfants, avait précisé le parquet.

Déjà condamné pour des violences conjugales

Après avoir récupéré ses filles à Marolles-en-Brie samedi 25 novembre vers 15 heures et passé l'après-midi avec elles, le mis en cause "échangeait dans la soirée des courriels conflictuels avec la mère et prenait à ce moment la décision de mettre fin aux jours de ses filles", selon le procureur Stéphane Hardouin. "Pour ce faire, il administrait à leur insu des somnifères dans leurs boissons et avait attendu qu'elles dorment pour leur donner la mort", avait-il poursuivi.

Le mis en cause avait été condamné en avril 2021 pour des violences conjugales envers la mère de ses enfants et pour des violences sur sa cadette. Condamné à 18 mois d'emprisonnement, dont 12 avec sursis, il avait exécuté sa peine et n'était plus suivi. Une garde alternée avait été mise en place "à la demande de la famille", avait indiqué le parquet lundi.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.