Saint-Denis : 54 personnes en garde à vue après des violences dans un lycée

Indignation et controverse politique à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) après les violences à l'intérieur d'un lycée : jets de pierres, fumigènes, incendies. Depuis plusieurs semaines, des incidents ont eu lieu suite à l'affaire Théo. C'est la première fois que cela se déroule dans l'enceinte d'un établissement scolaire. 

FRANCE 2

Sur la façade du lycée Suger de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), la trace des violents incidents qui se sont produits hier matin, mardi 7 mars. Des jets de pierres et tirs de fumigènes dans l'enceinte même du lycée. "Y a des toilettes qui ont brûlé et un attroupement dans la cour. Y avait des sauvages de partout, tout le monde est devenu fou", témoigne un des élèves du lycée ayant assisté aux violences.

François Fillon dénonce une guérilla urbaine

L'établissement est évacué, mais 80 à 100 personnes se dirigent vers le centre-ville où les dégradations continuent. Les forces de l'ordre sont caillassées, des poubelles incendiées et du mobilier urbain détruit. 54 lycéens ont été arrêtés et placés en garde à vue. Il semblerait que ces jeunes aient répondu à un appel de soutien à Théo lancé sur les réseaux sociaux. Des incidents jugés gravissimes par le gouvernement. "C'est l'une des premières fois où on voit comme ça la violence (...) s'introduire dans l'établissement", a déclaré Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Éducation nationale. Aujourd'hui la polémique devient politique, François Fillon dénonce une guérilla urbaine.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le lycée Suger est situé à Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis. 
Le lycée Suger est situé à Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis.  (REVENU / MAXPPP)