Paris : des policiers accusés d’avoir percuté volontairement trois jeunes

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Paris : des policiers accusés d’avoir percuté volontairement trois jeunes -
Paris : des policiers accusés d’avoir percuté volontairement trois jeunes Paris : des policiers accusés d’avoir percuté volontairement trois jeunes - (FRANCE 2)
Article rédigé par France 2 - C.Verove, M.Laban, O.Badin, J.-B.Robert
France Télévisions
France 2
Vendredi 21 avril, à Paris, trois policiers ont été suspendus et placés en garde à vue après une interpellation qui a mal tourné. Ils sont accusés d'avoir percuté avec leur voiture un scooter lors d'une course-poursuite.

À Paris, trois adolescents ont été éjectés de leur scooter après une collision avec la police. Une jeune fille a été sérieusement blessée. Selon la police, il s’agit d’un accident. Mais une semaine après les faits, une autre version se dessine. Les policiers ont-ils volontairement percuté le véhicule ? Les familles des victimes s’interrogent. Selon la famille, les trois adolescents rentraient de la mosquée sur un seul scooter en libre-service, car il n’y avait plus de bus. À 150 m de leur domicile, ils sont pris en chasse par la police. 

Un changement de version 

Mélanie, une livreuse présente sur les lieux, témoigne : "J’ai vu les policiers faire une première tentative de faire tomber les jeunes en ouvrant leur portière. […] Quelques secondes après, ils ont mis un coup de volant volontaire pour faire tomber les jeunes." Cette version est corroborée par un autre témoin qui souhaite rester anonyme. L’avocat des familles soupçonne la police d’avoir voulu dissimuler les conditions de l’accident. Le ministre de l’Intérieur reconnaît, vendredi 21 avril, que le récit des faits par les policiers a évolué. "Ils reconnaissent des gestes qui ne sont pas appropriés", indiquait Gérald Darmanin sur franceinfo. Une enquête a été confiée à l’IGPN. Les trois agents sont en garde à vue depuis ce matin. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.