Municipales : pourquoi y a-t-il tant de travaux à Paris à neuf mois des élections ?

Près de 7 400 chantiers sont en cours dans la capitale, engendrant des difficultés de circulation qui agacent certains automobilistes et l'opposition.

Des travaux d\'amménagement d\'une piste cyclable le long des Champs-Elysées, à Paris, le 28 mai 2019.
Des travaux d'amménagement d'une piste cyclable le long des Champs-Elysées, à Paris, le 28 mai 2019. (MAXPPP)

L'opposition de droite qui critique Anne Hidalgo et son équipe au nom de la défense des automobilistes : jusque-là, rien de surprenant dans la nouvelle polémique qui fait rage à Paris. Cette fois, c'est le nombre de chantiers dans la capitale qui est pointé du doigt, surtout pour son impact sur la circulation. Mi-juin, Le Parisien révélait par exemple qu'Ile-de-France Mobilités, institution en charge des transports dans la région présidée par Valérie Pécresse, avait envoyé "une lettre salée" à la maire de Paris pour se plaindre des ralentissements subis par certaines lignes de bus. La municipalité socialiste s'est défendue par la transparence, en mettant en ligne une carte répertoriant les différents travaux en cours dans la ville. Soit 7 396 chantiers. Si tous n'entraînent pas les mêmes nuisances, ce chiffre laisse songeur. Y a-t-il une part de vérité dans les critiques ? L'avalanche de projets importants menés de front est-elle le signe d'une mauvaise gestion ? Franceinfo s'est penché le phénomène.

Les projets se terminent tous en même temps

Pour sa défense, l'équipe municipale insiste sur un chiffre : parmi les 7 396 chantiers en cours au 1er juillet, 643 relèvent directement de la ville de Paris, soit 8,7%. "S'il n'y avait que 643 chantiers dans Paris, les gens n'auraient pas l'impression qu'il y en a trop", veut croire Jean-Louis Missika, adjoint d'Anne Hidalgo notamment chargé de l'urbanisme, contacté par franceinfo. Mais ce décompte ne dit rien de la taille des différents chantiers, ni de leur impact sur la circulation : une intervention sur une canalisation compte autant que le réaménagement complet de la place de la Bastille.

Il existe une autre statistique plus parlante : celle des chantiers "perturbants pour la circulation" des voitures ou des vélos, recensés sur une base de données publique. Au 10 juillet, sur 302 chantiers de ce type en cours, 106 (35,1%) sont gérés par la mairie, dont 17 entraînent un "barrage total" de la circulation. Le rythme global des travaux s'est par ailleurs accéléré : par rapport à la fin mars, le nombre de chantiers à Paris a augmenté de 21,7% (+ 41,6% pour ceux gérés par la ville).

Pourquoi une telle activité ? "Anne Hidalgo semble vouloir tout boucler d'ici la fin du mandat, et ce de façon précipitée, dans une optique électoraliste", tacle Gaspard Gantzer, candidat déclaré aux municipales de l'an prochain, dans Le Figaro. Dans le même article, le maire Les Républicains du 1er arrondissement, Jean-François Legaret, y voit "une volonté de créer la paralysie du trafic pour dissuader les automobilistes de venir à Paris". Une allégation "démagogique et insupportable", répond l'adjoint à l'urbanisme d'Anne Hidalgo.

Nous finalisons les programmes de la mandature.Jean-Louis Missikaà franceinfo

Et l'élu d'évoquer deux grands engagements de campagne : le doublement du nombre de kilomètres de pistes cyclables et la rénovation de sept grandes places parisiennes. La place du Panthéon et celle de la Nation ont été inaugurées, mais les cinq autres sont toujours en travaux.

Pourquoi concentrer tous ces chantiers maintenant, à la fin d'un mandat de six ans ? "C'est le rythme classique", répond Jean-Louis Missika : une fois l'élection passée, "vous lancez des études, pour mesurer l'impact sur la circulation, sur l'environnement, vous négociez avec la RATP et Ile-de-France Mobilités, ce qui n'est jamais simple. Tout ça prend du temps." La mairie vante aussi des chantiers menés "en co-construction" avec les Parisiens, dénombrant "150 réunions, des ateliers de réflexion, 2 000 contributions citoyennes" sur la refonte des sept places, qui ont retardé d'autant les premiers coups de pelleteuse.

Quant aux pistes cyclables, alors que leur construction devait s'étaler sur trois ans, à partir de 2017, elle a finalement été concentrée sur 2018 et 2019, car les discussions préalables avec la préfecture de police, notamment, ont été plus longues et compliquées que prévu, selon Jean-Louis Missika. "Quand on n'est pas d'accord, on lance une nouvelle étude, on refait une réunion, et on prend six mois dans la vue", résume l'élu parisien.

Il n'y a pas que la mairie qui fait des travaux

S'il serait trompeur de n'attribuer à la mairie de Paris que 8,7% des travaux entraînant des problèmes de circulation, beaucoup des chantiers en cours dans la capitale sont effectivement le fait d'autres acteurs : 47,8% sont des chantiers privés (des rénovations d'immeubles, par exemple) et 43,5% sont le fait des "opérateurs de réseaux". Il s'agit notamment de la RATP et de son organisme de tutelle, Ile-de-France Mobilités : le 4 juillet, Jean-Louis Missika a répondu au courrier de ce dernier dénonçant l'impact de la situation sur certaines lignes de bus par sa propre lettre, pointant notamment du doigt les retards pris dans le prolongement de la ligne 14 du métro. Au total, 32 chantiers "perturbants pour la circulation" sont actuellement menés par la RATP, selon les données de la municipalité.

Parmi les autres acteurs, on compte aussi les gestionnaires des réseaux d'eau, de chauffage, d'eau, d'électricité ou de gaz. A Paris, ceux-ci sont enterrés : les interventions demandent souvent d'ouvrir les trottoirs, et parfois la chaussée. Et même en période de saturation de travaux, Jean-Louis Missika assure que la ville "ne peut pas refuser des travaux à GRDF, Enedis ou la Compagnie parisienne de chauffage urbain s'il y a une urgence". Mais parfois, c'est la mairie elle-même qui encourage ces travaux : l'adjoint explique ainsi qu'après l'explosion au gaz dans un immeuble rue de Trévise, qui a tué quatre personnes en janvier, Anne Hidalgo a "demandé à GRDF d'accélérer" la rénovation du réseau de gaz. L'entreprise, contactée par franceinfo, dément pourtant toute "intensification" de ses travaux depuis.

Certains chantiers ont pris du retard

Premier adjoint d'Anne Hidalgo, Emmanuel Grégoire avance une autre raison au sentiment d'une surcharge de chantiers à Paris : "Les dysfonctionnements sont principalement liés à des problèmes d'exécution par les sous-traitants", a-t-il affirmé dans un entretien au Parisien, le 3 juillet. Ces problèmes semblent se concentrer sur la question de la remise en état de la voirie une fois un chantier terminé : jusqu'en 2016, c'était à la municipalité de s'en occuper. Désormais, celle-ci est assurée par les entreprises en charge du reste des travaux, qui s'exposent à des pénalités si la chaussée n'est pas rendue aux piétons ou à la circulation au bout d'un mois.

Ce qui ne suffit manifestement pas : "Certains chantiers restent éventrés des semaines entières", explique la maire du 5e arrondissement, Florence Berthout, au Figaro. Le temps que la ville reprenne la main, les nuisances liées aux travaux se prolongent. Emmanuel Grégoire explique que la mairie a récemment mis "une grosse pression" pour faire cesser ces pratiques, et invite les Parisiens à signaler les travaux dont les délais ne sont pas respectés sur une application mobile appelée DansMaRue.

Parmi les causes extérieures qui ont pu retarder certains chantiers, la ville de Paris cite également le mouvement des "gilets jaunes". Même si elles mobilisent de moins en moins de personnes, des manifestations sont organisées tous les samedis dans la capitale depuis 34 semaines, ce qui implique de sécuriser en amont les chantiers situés sur leur parcours. Le vendredi, "il faut retirer tout ce qui peut servir d'arme par destination, ou à construire des barricades", avant de tout remettre en place le lundi suivant, explique Jean-Louis Missika. "Ça représente un énorme travail, qui prend pratiquement une journée." L'adjoint affirme que le chantier de la place de la Bastille et celui des pistes cyclables sur les Champs-Elysées, notamment, ont pu en pâtir.

Enfin, dans son édition du 26 juin, Le Canard enchaîné affirmait que la mairie faisait face à un autre problème, "une pénurie de granit" provoquée par la "frénésie de travaux" en fin de mandat municipal. Citant un importateur anonyme, le journal satirique indiquait que la difficulté de se procurer des dalles et autres bordures de trottoir avait provoqué, par endroit, des retards d'un mois et demi.

Une affirmation nuancée par un fournisseur de granit joint par franceinfo, qui travaille notamment avec la ville de Paris : la hausse de la demande qu'il constate ne se limite pas à la capitale et n'est "pas plus importante que pour les autres fins de mandature".

Avant les municipales, c'est toujours comme ça.Un fournisseur de granità franceinfo

Ce professionnel expérimenté explique mettre environ deux semaines de plus à livrer son granit, mais n'est "pas du tout" en pénurie. Sur LCI, l'adjoint aux Transports de la mairie, Christophe Nadjovski, a reconnu "une tension sur l'approvisionnement de certains matériaux", à défaut d'une réelle pénurie. "Il peut y avoir, ici ou là, des retards." Un élément de plus dans l'addition de facteurs qui risquent de faire des chantiers dans Paris un des thèmes majeurs de la campagne pour les élections municipales.