Patrick Balkany visé par deux plaintes du maire adjoint de Levallois-Perret

Depuis son départ de la mairie, Patrick Balkany multiplie les critiques sur les réseaux sociaux et dans la presse contre la nouvelle équipe municipale.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Patrick Balkany, le 27 mai 2020 à la cour d'appel de Paris. (THOMAS SAMSON / AFP)

Ambiance à couteaux tirés à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). David-Xavier Weïss, premier adjoint au maire de la ville, a déposé deux plaintes pour "diffamation" et "divulgation d'un document à caractère sexuel" contre Patrick Balkany, l'ancien édile de cette ville des Hauts-de-Seine. La Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRPD) est saisie de l'enquête, a annoncé le parquet de Nanterre, qui a confirmé vendredi 26 février le dépôt de ces plaintes.

Le 19 février, sur Facebook, Patrick Balkany a publié un message public dans lequel il réagissait à un commentaire de David-Xavier Weïss sur son récent placement sous bracelet électronique. "La Justice fait son travail", avait écrit l'adjoint au maire.

"Ce petit monsieur est uniquement protégé par ses amours avec le Sénateur Karoutchi malgré son récent mariage avec un autre jeune homme (sic), il n'a jamais habité Levallois, il n'a jamais rien fait pour la Ville, il n'est adjoint que pour tenter de 'séduire' la communauté juive, apparemment sans succès", a écrit Patrick Balkany sur le réseau social. Des commentaires "homophobes" et "antisémites", a estimé auprès de l'AFP David-Xavier Weïss.

"On ne peut plus laisser passer ce genre de choses"

Plusieurs jours après, Patrick Balkany aurait envoyé un photomontage à caractère sexuel représentant David-Xavier Weïss à plusieurs personnes, dont la maire de Levallois-Perret, Agnès Pottier-Dumas. "Il faut que ça s'arrête", a réagi cette dernière, qui a indiqué à l'AFP avoir bien reçu ce photomontage de la part de son prédécesseur. "On avait l'habitude des attaques publiques, notamment via les réseaux sociaux, mais là on atteint un degré qui n'est plus acceptable, on ne peut plus laisser passer ce genre de choses", explique-t-elle.

"M. Weïss n'arrête pas de m'insulter moi et mon épouse, je n'ai pas porté plainte parce que ce n'est pas dans mes habitudes, je lui ai répondu", a réagi auprès de l'AFP Patrick Balkany, niant avoir envoyé le photomontage.

Depuis son départ de la mairie de Levallois-Perret, Patrick Balkany, qui va être prochainement placé sous bracelet électronique dans sa propriété de Giverny (Eure) afin de purger sa condamnation pour fraude fiscale, multiplie les critiques sur les réseaux sociaux et dans la presse contre la nouvelle équipe municipale.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.