Huit Français sur dix contre le voile dans les lieux privés ouverts au public

Selon un sondage Ifop, 84% des Français sont contre dans les commerces, supermarchés, cabinets médicaux, crèches...

Des femmes portant le voile islamique pendant une manifestation de sans papiers.
Des femmes portant le voile islamique pendant une manifestation de sans papiers. ( MAXPPP)

Après l'affaire de la crèche Baby Loup, Dimanche Ouest-France a demandé à l'institut Ifop de faire un sondage sur le port du voile dans les lieux privés accueillant du public, comme les  commerces, supermarchés, cabinets médicaux, crèches, écoles privées. Et le résultat est sans appel. Les Français sont très majoritairement contre. Quelque 84% sont opposés au port du voile ou du foulard islamique par des femmes travaillant dans des lieux privés accueillant du public.

Selon le sondage, "tout se passe donc comme si la distinction juridique entre espace public et lieu privé accueillant du public, rappelée par la Cour de cassation n'était pas opérante ou pertinente pour une écrasante majorité de la population". Seules 12 % des personnes interrogées se montrent indifférentes et 4% favorables.

L'Ifop relève que ces chiffres, "très tranchés, sont quasi identiques à ce que nous mesurions en octobre dernier concernant le port du voile ou du foulard dans les classes d'écoles publiques, auquel 89% des personnes interrogées étaient opposées", et nettement supérieurs à ceux qui concernaient alors leur port dans la rue ("seulement" 63% d'opposés en octobre).

Pour plus de laïcité

Par ailleurs, l'opposition au port du voile dans des commerces, crèches ou cabinets médicaux, "transcende les clivages politiques". Si 98% des sympathisants du FN et 92% de ceux de l'UMP sont sur cette position, elle est également partagée par 77% des proches de la gauche, au sein desquels ceux qui n'y sont pas opposés ne sont pas tant favorables (7%) qu'indifférents (16%).

De la même façon, les écarts sont inexistants entre hommes et femmes (84% d'opposés dans les deux cas). Ils sont aussi peu marqués selon les générations (76% parmi les moins de 35 ans contre 86% auprès des 65 ans et plus) ou les catégories sociales (82% d'opposés parmi les CSP+ contre 87% dans les milieux populaires). "L'opinion publique est donc dans ses multiples composantes très majoritairement en demande d'une conception beaucoup plus 'offensive' du principe de laïcité à la française", conclut le sondage.

 

Ce sondage a été mené sur un échantillon de 1 004 personnes, représentatif de la population, selon la méthode des quotas, a été réalisé du 19 au 21 mars.