Cet article date de plus d'onze ans.

François Bayrou a décliné dimanche l'offre d'alliance de Ségolène Royal dès le premier tour des régionales

"Je réponds à tous ceux qui font ces offres d'ouverture: 'Cela n'est pas notre vision des choses. Nous sommes décidés à défendre la pluralité et le premier tour des élections, c'est le tour du pluralisme", a-t-il fait valoir dans son discours de clôture du congrès de la formation centriste à Arras.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
François Bayrou à Arras, 6 décembre 2009

"Je réponds à tous ceux qui font ces offres d'ouverture: 'Cela n'est pas notre vision des choses. Nous sommes décidés à défendre la pluralité et le premier tour des élections, c'est le tour du pluralisme", a-t-il fait valoir dans son discours de clôture du congrès de la formation centriste à Arras.

François Bayrou n'a pas cité nommément la présidente socialiste de Poitou-Charentes Ségolène Royal, qui a proposé cinq places éligibles sur sa liste aux candidats du MoDem. "J'ai entendu les propositions diverses qui nous étaient faites. Elles sont nombreuses et toutes ne sont pas publiques: 'Venez chez vous vous aurez X places et vous serez bien contents'", a ironiquement relevé François Bayrou.

Le président du MoDem, qui prône la constitution d'un "grand arc central" pour battre le président Nicolas Sarkozy en 2012, n'a pas écarté des rassemblements ultérieurs. "On aura besoin de tout le monde, de toutes les sensibilités pour faire changer de direction à ce pays", a-t-il déclaré à la tribune sous les applaudissements des militants centristes.

La proposition de Ségolène Royal
Ségolène Royal (PS) avait proposé publiquement samedi au Modem une alliance de premier tour aux régionales en lui garantissant "cinq places éligibles" en Poitou-Charentes, a-t-elle indiqué à l'AFP qui l'interrogeait sur "l'arc central" pour l'alternance suggéré par François Bayrou.

"Il a raison, il faut faire cet arc central", a-t-elle déclaré. "Pourquoi attendre les prochaines élections ?", a-t-elle interrogé en relevant que "cinq places permettront de pouvoir constituer un groupe à la région". La responsable socialiste, qui a indiqué avoir fait cette proposition au MoDem local, dit espérer que "le Modem central donnera son aval à cette innovation politique".

L'ancienne candidate à l'Elysée est "prête à rencontrer le président François Bayrou" et elle veut "faire de sa région un laboratoire du rassemblement, des altermondialistes au MoDem". Elle fait valoir les points communs avec le projet de Bayrou, citant "éducation, valeurs, développement durable, identité".

Interrogée sur de possibles divergences avec la ligne de la direction du PS, elle a répondu : "il faut bien qu'il y ait des pionniers". "Il faut se rassembler, j'ai fait cette proposition aux partenaires de gauche, aux communistes, à un certain nombre de Verts, à la société civile", a-t-elle poursuivi.

Réaction de Vincent Peillon
Vincent Peillon a déploré dimanche la méthode de Ségolène Royal, qui vient de proposer une alliance au MoDem pour les régionales, tout en approuvant la stratégie d'ouverture au centre "sur le fond". "Il faut inventer l'alliance et la stratégie politique qui permettra de servir notre pays", a fait valoir le député européen socialiste lors du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.