Environ 2500 personnes ont manifesté samedi à Paris pour réclamer une allocation plus élevée pour les handicapés

Alors que le mouvement Ni pauvres ni soumis (NPNS) appellait à manifester dans une vingtaine de villes en France, le gouvernement a promis d'augmenter l'allocation adulte handicapé.NPNS, qui rassemble une centaine d'associations de personnes handicapées ou malades, souvent touchées par la pauvreté, réclame un "revenu d'existence" au niveau du SMIC.

Des handicapés en train de distribuer des tracts sur le Vieux-Port à Marseille le 27 mars 2010
Des handicapés en train de distribuer des tracts sur le Vieux-Port à Marseille le 27 mars 2010 (AFP - ANNE-CHRISTINE POUJOULAT)

Alors que le mouvement Ni pauvres ni soumis (NPNS) appellait à manifester dans une vingtaine de villes en France, le gouvernement a promis d'augmenter l'allocation adulte handicapé.

NPNS, qui rassemble une centaine d'associations de personnes handicapées ou malades, souvent touchées par la pauvreté, réclame un "revenu d'existence" au niveau du SMIC.

A Paris, les manifestants étaient au nombre de 2500 selon l'Association des paralysés de France. Souvent en fauteuil roulant, ils ont symboliquement tourné en rond sur le parvis du Trocadéro, pour symboliser "l'immobilisme des politiques".

Des centaines de portraits de handicapés et de malades avaient été disposés sur le parvis, tandis que des dizaines de manifestants portaient des pancartes jaunes et noires, aux couleurs du collectif Ni pauvre ni soumis. On pouvait y lire: "Rire jaune, colère noire", "Un revenu décent, maintenant" ou "Casse toi, pauv' Handi".

Ni pauvre ni soumis réclame un revenu au niveau du SMIC (1056 € net) et de plus grandes facilités d'accès aux soins. Le collectif demande ainsi l'augmentation du seuil d'accès à la couverture médicale universelle (CMU) complémentaire (fixé à environ 600 euros pour une personne seule) pour que ceux qui bénéficient de l'AAH puissent en profiter. NPNS exige également le retrait des franchises médicales, de l'augmentation du forfait hospitalier et de l'imposition fiscale des indemnités journalières de maladie. "Les personnes handicapées sont les premières victimes" de cette imposition, selon l'Association des paralysés de France (APF).

En mars 2008, le collectif avait organisé une grande manifestation à Paris: elle avait rassemblé 35.000 personnes selon les associations, 16.500 selon la police. Il réclamait déjà, un revenu au niveau du SMIC. Depuis cette date, "les choses n'ont pas bougé" pour les handicapés, estime l'APF.

Le gouvernement promet une allocation plus élevée
Le gouvernement a promis samedi qu'il tiendrait l'engagement de Nicolas Sarkozy d'augmenter de 25 % l'allocation adulte handicapés (AAH) d'ici 2012.

Cette allocation sera portée 696,63 euros par mois au 1er avril, puis 711,95 euros au 1er septembre, selon un décret publié mercredi. Les associations soulignent que ce montant reste en dessous du seuil de pauvreté. Lequel est d'environ 900 euros, selon l'INSEE.
Le ministère du Travail annonce par ailleurs qu'à partir du 1er juin, "les bénéficiaires en emploi pourront cumuler AAH et revenus professionnels jusqu'à 1,3 fois le SMIC".