Cet article date de plus de dix ans.

En pleine crise, les Français sacrifient les loisirs et l'habillement

Faute de pouvoir d'achat, plus d'un Français sur deux compte réduire ses dépenses de loisirs.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Selon cette étude, un Français sur cinq se retrouve à découvert de 568 euros en moyenne chaque mois. (TOM GRILL / GETTY IMAGES)

SOCIETE – Fin 2012, l'agenda des Français comportera moins de sorties ciné. Au total, 80% d'entre eux comptent en effet diminuer leurs dépenses au cours des six prochains mois, selon un sondage Ipsos/Logica pour le magazine Femme Actuelle* révélé jeudi 13 septembre.

Principaux budgets victimes de ces coupes : les loisirs. Plus d'un Français sur deux (54%) compte dépenser moins dans ce domaine. Suivent l'habillement (47%), les produits high-tech (45%), les dépenses liées à la voiture (27%) et le poste énergie (26%).

Le recours au découvert généralisé

L'étude indique aussi qu'un Français sur cinq se retrouve à découvert de 568 euros en moyenne chaque mois. Cette proportion passe à un tiers chez les Français gagnant moins de 1 250 euros. Des chiffres qui font dire aux enquêteurs que "le recours au découvert n'est pas ou plus un accident, mais un moyen fréquemment utilisé pour continuer à consommer comme avant".

Un tiers des personnes interrogées déclare compter à 5 euros près lorsqu'elles font leurs courses alimentaires. Plus de la moitié d'entre elles (59%) ne souhaitent pas dépasser leur budget courses de plus de 10 euros. Conséquence de ces difficultés financières, 91% des personnes interrogées attendent les soldes et promotions pour effectuer certains achats et 69% d'entre elles achètent sur des sites internet de biens d'occasion.

*L'enquête a été réalisée du 16 au 22 août auprès d'un échantillon national représentatif de 1 009 personnes âgées de 15 ans et plus, constitué d'après la méthode des quotas.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.