Cet article date de plus d'un an.

Doyenne de l'humanité : Sœur André, une vie faite de moments d'histoire

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Doyenne de l'humanité : Sœur André, une vie faite de moments d'histoire
Article rédigé par France 3 - A.Chuzeville, P-Y.Salique, E.Urtado
France Télévisions
France 3
Sœur André, doyenne de l'humanité, s'est éteinte, mardi 17 janvier. À 118 ans, elle a vécu de nombreux moments historiques, en consacrant sa vie à aider les autres.

Lucile Randon, dite Sœur André, morte mardi 17 janvier, devait fêter ses 119 ans dans quelques semaines. La femme avait perdu la vue, mais pas le sens de l'humour. "Je pense me retirer de cette affaire, mais ils ne veulent pas", déclarait la doyenne de l'humanité. Née en 1904, sous la présidence d'Émile Loubet, son enfance est marquée par la Première Guerre mondiale.  

Une vie marquée par la dévotion aux autres 

Sœur André a déjà plus de quarante ans à la fin de la Seconde Guerre mondiale. En mai 68, alors que la France est secouée par les mouvements sociaux, elle a 64 ans. Pourtant, elle ne prendra sa retraite que 30 ans plus tard. Celle qui a assisté à la chute du mur de Berlin (Allemagne) et à l'effondrement des tours du World Trade Center faisait ce constat : "Depuis que je suis au monde, je ne vois que des guerres et des bagarres." Toute sa vie, Sœur André a pris soin des autres, dans des orphelinats ou dans des Ehpad, où elle s'occupait parfois de pensionnaires plus jeunes qu'elle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.