Cet article date de plus de sept ans.

Des policiers offrent leurs RTT à un collègue dont la fille est gravement malade, l'administration refuse

Agée de 8 ans, la fille de Christophe Grosjean doit être hospitalisée pendant six mois à Paris pour une greffe de moelle osseuse. Dans le secteur public, le don de RTT entre agents n'est pas encadré.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'administration refuse de prendre en compte les RTT offertes par ses collègues à un policier de Nancy pour qu'il reste aux côtés de sa fille gravement malade. (PATRICK KOVARIK / AFP)

Pour l'administration, c'est non. Les collègues de Christophe Grosjean, policier à Nancy, lui ont offert des journées de RTT pour qu'il puisse rester auprès de sa fille, âgée de 8 ans et atteinte d'une maladie rare, pendant son hospitalisation à Paris pour une greffe de moelle osseuse, raconte RTL mardi 25 février. Une opération qui doit durer six mois. Mais ce don de jours de congés n'est pas prévu par la loi.

"On a du mal à comprendre qu'on brise cet élan de solidarité, explique le père de famille à la radio. Je comprends bien qu'il faille toujours se baser sur ces textes. On ne peut pas faire n'importe quoi. Mais humainement, on a du mal à comprendre la décision de l'administration."

France 3

Une proposition de loi votée en 2012 mais jamais adoptée

"Aucune disposition législative et réglementaire ne prévoit le don de jours de congés entre agents de l'Etat", justifie la direction des ressources humaines du secrétariat général pour l'administration de la police de Metz, explique Le Figaro. Possible dans le privé avec un accord d'entreprise, le don de RTT n'est pas encadré dans le public, précise le journal : une proposition de loi en ce sens a été votée à l'Assemblée début 2012 mais jamais adoptée définitivement.

"On a l'impression de n'être que des matricules, on n'est que des numéros", déplore le secrétaire départemental du syndicat Alliance sur France Info. Christophe Grosjean pourrait seulement prendre un "congé de présence parentale", avec une indemnité mensuelle de 900 euros, mais la situation serait pour lui et sa famille intenable financièrement.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.