Cet article date de plus de dix ans.

Des dizaines de milliers de personnes ont participé samedi à la 13e techno parade où la Tunisie était à l'honneur

Dédié au "souffle de liberté" au Mahgreb, cette parade qui s'étirait sur 4,5 km de la place de la République à la place d'Italie, a réuni 50.000 participants, selon la préfecture de police.Aucun incident n'a été signalé. Les organisateurs estiment pour leur part la participation à plus de 300.000 personnes.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Participants à la 13e Techno-Parade, à Paris, le 17 septembre (AFP/FRANCOIS GUILLOT)

Dédié au "souffle de liberté" au Mahgreb, cette parade qui s'étirait sur 4,5 km de la place de la République à la place d'Italie, a réuni 50.000 participants, selon la préfecture de police.

Aucun incident n'a été signalé. Les organisateurs estiment pour leur part la participation à plus de 300.000 personnes.

Des drapeaux tunisiens et un char aux couleurs du collectif "Sound of Carthage" parmi 16 "sound systems" délivrant un déluge de décibels avec 120 Djs aux commandes, le ton de cette parade est donné.

"La techno est une musique de fête, pour danser et prendre du plaisir! C'est parti": d'emblée, Bob Sinclar, parrain de cette nouvelle édition du festival de rue célébrant tous les courants des musiques électroniques, donne le mot d'ordre en s'installant vers 13H45 aux platines de son char, en tête de cortège.

"En 1998, la première Techno parade a été comme une reconnaissance permettant de diffuser notre musique et de prouver qu'on n'était pas des dégénérés. Aujourd'hui, la techno passe à la radio et des familles entières viennent nous voir. J'en suis très heureux!", confie à l'AFP le musicien, en saluant des milliers de fans survoltés qui l'attendaient place de la République transformée dès 11H00 en "dance floor" géant.

Musique et printemps arabe font bon ménage
Le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, drapeau tunisien en main, a été acclamé par la foule alors qu'il était monté avec Jack Lang, sur le char de Carthage, invité d'honneur.

"C'est très émouvant de voir ce char tunisien avec tous ces jeunes qui dansent. Cette techno parade nous dit que l'utopie n'est pas morte. Ca correspond assez bien à ce que je pense. J'aime la techno et l'idée de la fête de rue. Ca fait du bien!", a dit à l'AFP le ministre, regrettant que les organisateurs de soirée soient encore confrontés à des frilosités, notamment en régions.

Par pancartes interposées, des hommages ont été rendus à Henri Maurel, l'un des créateurs de la Techno parade et fondateur de FG DJ Radio, décédé en février, ainsi qu'au producteur et musicien de rap-électro DJ Mehdi, disparu la semaine dernière.

La 13e Techno Parade devait se prolonger avec plusieurs soirées officielles dans les principaux clubs parisiens.


Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.