Démarchage à domicile : les pratiques abusives des commerciaux

Le nombre de plaintes aux arnaques à la rénovation énergétique explose depuis quelque temps. Des commerciaux vous proposent d'importantes économies, moyennant des panneaux solaires ou des pompes à chaleur à des prix prohibitifs. Certains vont encore plus loin.

France 2

Certains démarcheurs à domicile ont fait de l'abus de faiblesse leur fonds de commerce. La façade de cette toute petite maison raconte à elle seule la descente aux enfers de son propriétaire. Une habitation modeste bardée d'équipements : panneaux solaires, pompe à chaleur, éolienne. 118 000 € de matériel pour une maison qui vaut 35 000 €. Michel, ancien ouvrier, s'est fait littéralement spolié depuis qu'un AVC l'a rendu vulnérable. À 68 ans, il est surendetté et désormais sous curatelle renforcée. Il n'a pas de famille. C'est sa voisine qui s'occupe de ses papiers. En tout, quatre démarcheurs se sont succédés chez lui. À chaque fois, ils lui ont vendu une installation et lui ont fait souscrire un prêt.

Abus de faiblesse à répétition

Le dernier commercial est allé encore plus loin. Sur des enregistrements de vidéosurveillance, on voit Michel, hagard, devant le guichet d'une banque, aux côtés du démarcheur, visiblement à la manœuvre. Au fil de ses visites, il aurait pris la main sur les comptes en banque du retraité. Il retirait même de l'argent avec sa carte bancaire : 32 000 € détournés pour son usage personnel. Ce commercial, France 2 l'a rencontré. C'est un homme d'une trentaine d'années, vendeur à domicile depuis sept ans. Il ne sait pas qu'il est filmé. Sans complexe, il nous raconte les dérives de sa pratique. Le 3 septembre dernier, ce commercial a écopé de trois ans de prison pour abus de faiblesse sur Michel et deux autres personnes âgées. Il a fait appel de sa condamnation.

Le JT
Les autres sujets du JT
La boîte aux lettres de la famille Troadec, portée disparue, à Orvault (Loire-Atlantique), le 1er mars 2017.
La boîte aux lettres de la famille Troadec, portée disparue, à Orvault (Loire-Atlantique), le 1er mars 2017. (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)