Cet article date de plus de neuf ans.

Dans les Ecrins, les secouristes tentent de retrouver trois alpinistes italiens

Les trois montagnards italiens ont disparu depuis presque une semaine dans ce massif des Hautes-Alpes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La Barre des Ecrins, dans les Hautes-Alpes, le 13 avril 2011. (DAN SHANNON / ONLY FRANCE / AFP)

FAITS-DIVERS - Six jours que trois alpinistes italiens chevronnés ont disparu quelque part sous la Barre des Ecrins, dans les Hautes Alpes. Mais les secouristes ne désesp-rent pas. De nouvelles recherches ont repris samedi 1er décembre dans la matinée.

Partis vers 9 heures en hélicoptère, les secouristes devaient être déposés au col des Avalanches, situé au départ de la Barre des Écrins (4 102 m). Ils devaient ensuite explorer à pied des zones qui avaient été simplement survolées ces derniers jours en raison des mauvaises conditions météo.

Une voie "extrêmement difficile"

Vendredi, les gendarmes ont survolé les différents glaciers entourant la Barre des Écrins ainsi que leurs crevasses. Mais ils étaient restés accrochés aux câbles sans pouvoir mettre le pied au sol, ni recourir à l'aide des chiens, en raison des trop grands risques d'avalanche. Ils avaient également inspecté en vain le refuge de Temple Écrins (2 410 mètres) ainsi que l'abri (2 048 m) et le refuge du Carrelet (1 909 m), où auraient pu s'abriter les trois alpinistes, selon la géolocalisation de leurs téléphones portables et les témoignages de leurs proches.

Originaires du nord de l'Italie, les trois hommes sont âgés de 31, 32 et 49 ans, selon la gendarmerie, qui a refusé de dévoiler leur identité. Partis dimanche matin du pré de Mme Carle (1 874 mètres d'altitude), dans les Hautes-Alpes, ils ont réalisé avec succès l'ascension de la barre des Écrins (4 102 mètres) par la goulotte Gabarrou-Marsigny, une voie glaciaire de 1 250 mètres de long cotée "extrêmement difficile".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.