VIDEO. Des marins se rebellent sur le yacht d'une grande fortune française

Ah qu’elle est douce la vie sur un yacht. Enfin, sauf quand le personnel du navire ne supporte plus ses conditions de travail. L’Oeil du 20h vous raconte l’histoire d’une mutinerie sociale sur le pont d’une des plus grandes fortunes françaises.

Les 59 mètres de l'Idol n’ont plus le droit de quitter le port d’Ajaccio. Philippe Frasse-Mathon est l’ancien capitaine de ce yacht, propriété de Thomas Leclercq. Ce quinquagénaire richissime, amateur de jolies voitures, est surtout l’un des fils du fondateur de Décathlon, l’enseigne préférée des Français.

Depuis la fin de l’été, le fils de la 16e fortune du pays s’est fait confisquer son Idol : la justice l’a saisi, à titre conservatoire, après que le capitaine et une partie de l’équipage ont attaqué aux prud’hommes la société propriétaire du navire. En cause ? Les horaires de galériens imposés aux marins et relevés par le capitaine.

105 heures de travail en une semaine, pour 3,40 € de l'heure

“On était largement dans les choux, c’est-à-dire qu’on dépassait amplement la limite autorisée, dénonce Philippe Frasse-Mathon, qui a passé sept mois à la tête du yacht. Trop d’heures de travail, c'est clair que ça remet en cause la sécurité du navire, des passagers, de l’équipage.”

Nous nous sommes procurés les plannings des membres d’équipage, originaires des Philippines. Voici par exemple les horaires de l’un de ces marins. Entre le 24 et le 30 juin dernier : 105h de service en une semaine ! Dans son contrat, de droit philippin, la durée de travail hebdomadaire est pourtant clairement indiquée : 48h.

Des journées à rallonge, et pas un seul jour de repos pendant tout le mois de juillet pour les six Philippins du yacht. Salaire net ? 1250 € mensuels pour un maître d’équipage. Soit 3,40 € de l’heure, même pas la moitié du Smic…

Nous ne sommes que des membres d’équipage qui se battent pour leurs droits

Un ancien membre d'équipage philippin

Nous avons joint l’un de ces marins, rentré aux Philippines après avoir saisi la justice française. “C’est vraiment dur de se lever aussi tôt le matin, de ne dormir que 4 ou 5h par nuit et de devoir travailler 14h par jour, se souvient-il. C’était vraiment une pression mentale pour tout l’équipage philippin parce que vous savez, monsieur Leclercq est un homme puissant et nous ne sommes que des membres d’équipage qui se battent pour leurs droits."

"Il y a un risque car nous ne sommes pas en règle." (Mail interne du gestionnaire du yacht)

Selon leur avocat, ces heures supplémentaires seraient illégales et non payées. Et ce n’est pas tout : le gestionnaire du bateau, qui bat pavillon maltais, reconnaît dans ce mail adressé au capitaine que “l’équipage de Idol devrait être inscrit à la sécurité sociale maltaise, ce qui n’est pas le cas. Il y a un risque car nous ne sommes pas en règle.”

Fin juillet, le capitaine et l’équipage disent "stop", quand l’entourage de Thomas Leclercq demande aux Philippins de nouvelles heures supplémentaires pour assurer le service, dans sa villa de Ramatuelle, près de Saint-Tropez. Illégal selon leur avocat car leur contrat ne leur permet de travailler que sur mer. Ils quitteront le navire quelques semaines plus tard.

"C'est de la responsabilité du capitaine" (entourage de Thomas Leclercq)

Nous avons essayé d’interroger Thomas Leclercq, sans succès. Son entourage a fini par nous répondre. “Nous ne comprenons pas pourquoi le capitaine et l’équipage philippin ont quitté le navire. Thomas Leclercq est l’utilisateur principal du bateau, mais il n’en est en aucun cas le gestionnaire au quotidien. C’est le capitaine qui veille au respect des contrats et qui établit les plannings. C’est de sa responsabilité.” Ce que ne conteste pas Philippe Frasse-Mathon : c'est justement parce que le respect des règles à bord est de sa responsabilité qu'il en a alerté sa hiérarchie cet été, nous répond-il.

Le capitaine et l’équipage philippin réclament 2,2 millions d’euros à la société propriétaire du yacht. L’audience au tribunal des prud'hommes d'Ajaccio est prévue le 20 décembre. Aux juges de décider si Thomas Leclercq pourra passer Noël à bord.