Cet article date de plus de neuf ans.

Copé dément trouver "minables" les parlementaires "qui se contentent de 5000€"

Dans le livre-pamphlet "L'Oligarchie des incapables", deux journalistes attribuent à Jean-François Copé la phrase : "Tu comprends, si on n'a ici que des gens qui se contentent de 5 000 euros par mois, on n'aura que des minables".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Jean-François Copé à l'Assemblée nationale. (BERTRAND GUAY / AFP)

Il n'existe pas de vidéo de cette déclaration mais elle est présente dans le livre L'Oligarchie des incapables, un essai au vitriol sur les élites françaises co-écrit par les journalistes Sophie Coignard et Romain Gubert. Dans ce livre, actuellement en librairie, les auteurs attribuent une phrase choc à Jean-François Copé au sujet des parlementaires : "Tu comprends, si on n'a ici que des gens qui se contentent de 5 000 euros par mois, on n'aura que des minables".

Extrait du "Soir 3" de France 3, jeudi 5 janvier 2012, diffusé dans le zapping de Canal+ le lendemain. (FTVi)
Les auteurs du livre, contactés par FTVi, assurent rapporter les propos d'un député UMP (dont le nom est gardé secret) avec qui Jean-François Copé a eu une conversation sur le cumul des mandats en politique. Le secrétaire général de l'UMP s'y montrait favorable. Pour le journaliste Romain Gubert, ces propos illustrent "que Jean-François Copé estime qu'avoir des gens qui ne sont que parlementaires, ce n'est pas une bonne chose".

Cette citation, d'abord diffusée dans un reportage de France 3 jeudi 5 janvier au soir (à 11"30') a fait réagir de nombreuses personnes, notamment sur Twitter, lorsqu'elle est passée dans le zapping de Canal+ le lendemain.

 

Contactée par FTVi samedi, l'UMP a formellement démenti ces propos, estimant que le secrétaire général du parti n'avait "jamais prononcé"de tels mots. Sur Twitter, Jean-François Copé s'est contenté d'un tweet laconique :

 

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.