Cet article date de plus de sept ans.

Consommation : le bonbon fait l'unanimité chez les plus jeunes et pas seulement

Publié
Durée de la vidéo : 4 min
Consommation: le bonbon fait l'unanimité chez les plus jeunes et pas seulement.
Consommation: le bonbon fait l'unanimité chez les plus jeunes et pas seulement. Consommation: le bonbon fait l'unanimité chez les plus jeunes et pas seulement. (FRANCE 2)
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
France 2

Berlingot, guimauve, dragée de Verdun tout un univers de souvenirs d'enfance en forme de tour de France. Les épiceries fines et confiseries new-look font de plus en plus dans le bonbon d'antan. Le bonbon ancien est un produit qui marche au naturel et à la tradition.

À Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne), les religieuses avaient créé le sucre d'orge dès 1638 pour adoucir la gorge des prédicateurs et autres orateurs de l'époque. Leur recette a perduré et les douceurs authentiques se fabriquent toujours à la main, c'est un vrai rituel pour Yvette Rousseau. On lubrifie toujours la pâte de sucre à la cire d'abeille et tout le matériel date des années 70 à l'époque des dernières religieuses. Aujourd'hui l'atelier produit quatre tonnes de sucre d'orge par an, tout à la main. À quelques mois de la retraite, Yvette Rousseau forme deux successeurs. " Il y a encore du travail (...) tout est au touché, tout est à l'oeil", explique Cécilia Beaurain en apprentissage.

Un engouement pour l'authentique

À Carpentras (Vaucluse) au pays des fruits confits, depuis 1820 du sucre est cuit dans des bassines de cuivre et tout le secret réside dans les rayures blanches du berlingot. C'est l'histoire d'un geste qui a valu à Thierry Vial le label du patrimoine vivant :  à force de mêler de l'air, il fait blanchir la pâte du bonbon. Les rayures du méga berlingot seront ensuite torsadées par les cônes de cuivre d'une machine des années 50. Avec le succès et 120 kilos par matinée de production, Thierry Vial va devoir former un apprenti pour créer des arômes inédits. Entre la créativité des confiseurs et leurs gestes de tradition, l'engouement pour le naturel et l'authentique promet de beaux jours aux bonbons d'antan.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.