Les chasseurs "n'ont pas la neutralité nécessaire pour faire des contrôles en forêt", estime le président des Maires ruraux de France

Le président de la Fédération nationale des chasseurs a proposé dans "le Journal du dimanche" un partenariat avec les maires ruraux. Il estime que les chasseurs ont "un rôle à jouer" en matière de "police de proximité" en forêt.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un chasseur porte son fusil sur l'épaule, le 7 novembre 2020 à Bendorf (Haut-Rhin). (VANESSA MEYER / MAXPPP)

Les chasseurs "n'ont pas la neutralité nécessaire pour faire des contrôles en forêt", a déclaré sur franceinfo Michel Fournier, président de l'Association des maires ruraux de France et maire de Voivre (Vosges), après la proposition du président de la Fédération nationale des chasseurs Willy Schraen, dans le Journal du dimanche,(article pour les abonnés), de tisser un partenariat avec les mairies pour donner aux chasseurs assermentés des pouvoirs de police dans la forêt, pour lutter "contre la délinquance rurale et environnementale".

Michel Fournier s'est dit très surpris par cette proposition, qui "arrive sans concertation, alors que nous, les élus, avons une responsabilité au niveau de la sécurité dans nos communes". L'élu ne voit pas comment les "chasseurs pourraient devenir subitement des agents censés réglementer les choses".

Cette proposition est "un contre-feu"

"S'ils sont assermentés pour certaines choses, ils n'ont pas de formation spécifique, s'est étonné le maire de Voivre, je ne vois pas vraiment comment on pourrait tout mélanger." Il plaide plutôt pour une réhabilitation des "gardes-champêtres" pour régler ces questions de délinquance environnementale. "Ils existaient auparavant, mais il faudrait nous donner des moyens", précise Michel Fournier.

Il souligne que les maires ruraux ne sont pas "opposés à la chasse", mais il insiste sur des relations parfois difficiles avec les chasseurs qui "acceptent parfois difficilement le partage de la forêt, il peut y avoir une appropriation excessive de la part des chasseurs". Pour lui, cette proposition est "un contre-feu pour avoir une autre réflexion sur la chasse" après les différents accidents survenus ces dernières semaines, à quelques jours du congrès des maires de France.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Chasse

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.