Les chasseurs en "état d'ivresse manifeste" désormais punis d'une amende pouvant aller jusqu'à 1 500 euros

Le décret mettant en place cette sanction a été publié dimanche au Journal officiel.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Un panneau prévient de la présence de chasseurs aux Brouzils (Vendée), le 2 mars 2023. (MATHIEU THOMASSET / HANS LUCAS / AFP)

Une des promesses du gouvernement pour réduire les accidents de chasse entre en vigueur. Les chasseurs surpris, arme à la main, "en état d'ivresse manifeste" s'exposent désormais à une contravention de cinquième classe, soit 1 500 euros d'amende ou 3 000 en cas de récidive, selon un décret publié au Journal officiel dimanche 17 septembre. La saison de la chasse est déjà ouverte dans plusieurs départements.

Cette interdiction s'applique aux personnes porteuses "d'une arme à feu ou d'un arc", précise le texte.

La création d'un délit envisagée

En janvier, lors de la présentation d'un plan pour la sécurité des promeneurs et des chasseurs eux-mêmes, le gouvernement avait promis la création de cette contravention, mais aussi d'œuvrer à la création d'un délit d'alcoolémie pour les chasseurs, ce qui supposerait une modification de la loi.

Lors de la saison 2022-23, les accidents de chasse ont causé la mort de six personnes, uniquement des chasseurs, "chiffre historiquement le plus bas relevé" selon l'Office français de la biodiversité. La présence de trois non-chasseurs parmi les victimes des deux saisons précédentes avait remis la chasse au cœur du débat public, des voix s'élevant pour réclamer son interdiction pendant le week-end et les vacances.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.