"Caricature", "farce" ou "acte raciste" : la polémique sur la Nuit des Noirs s'invite au carnaval de Dunkerque

Des carnavaliers grimés en Noirs font débat à l'ouverture des "trois joyeuses" dunkerquoises, ce dimanche. Le maire de la ville les défend.

Des carnavaliers à Dunkerque (Nord), le 11 février 2018.
Des carnavaliers à Dunkerque (Nord), le 11 février 2018. (MAXPPP)

De la musique, des parapluies, des déguisements bariolés... et une polémique. Des dizaines de milliers de visiteurs sont attendus dans les rues de Dunkerque (Nord), dimanche 11 février, pour le coup d'envoi de trois jours de carnaval. Mais cette année, une controverse s'est invitée aux "Trois joyeuses". Elle concerne les "Noirs", un groupe de carnavaliers, et leur bal de la Nuit des Noirs, dont la 50e édition doit se tenir le 10 mars au Kursaal, la grande salle de spectacle dunkerquoise.

Un "acte raciste" pour le Cran

Pour Louis-Georges Tin, président du Conseil représentatif des associations noires de France (Cran), le fait de se déguiser en Noir quand on est blanc (un "blackface", selon le terme américain) "n'est pas seulement un acte raciste, il a partie liée avec le crime contre l'humanité. Il est l'envers grimaçant de l'esclavage, qu'il a rendu tolérable, voire tout à fait divertissant, aux yeux des peuples d'Occident".

Le président du Cran rappelle, dans une tribune publiée par Le Monde, que Dunkerque a "participé au trafic négrier". Un pan de l'histoire de la cité corsaire contesté, selon lui, par certains Dunkerquois, ce qui s'apparente à une "posture négationniste favorisée par la faiblesse du travail de mémoire effectué par la ville".

Louis-Georges Tin ne réclame pas l'annulation de la Nuit des Noirs, mais il propose d'en faire évoluer la thématique, "de la transformer en Nuit des Bleus par exemple, en évitant désormais toute référence coloniale".

Un "droit à la caricature" pour le maire de Dunkerque

Le maire de Dunkerque, Patrice Vergriete (divers gauche), défend pour sa part le "droit à la caricature",  dans une autre tribune publié dans Le Monde, relayée par France 3 Hauts-de-France. "C'est parce que l'on se moque de soi par son accoutrement que l'on peut brocarder l'autre. C'est parce que le travestissement est d'abord une mise en cause de soi-même qu'il est possible de railler celui ou celle dont on s'affuble les atours. En réalité, carnaval, c'est le nec plus ultra de la caricature", estime l'élu.

"Les quelques procureurs, heureusement sans beaucoup d'écho, qui, de leurs bureaux parisiens, instruisent contre notre ville un procès en racisme, sont dans le meilleur des cas à côté de la plaque et dans le pire, qui n'est pas à exclure, d'une crasse mauvaise foi", dénonce l'édile divers gauche.

La recherche du "burlesque" pour un des "Noirs"

A 88 ans, Jean Chatroussat est une figure du carnaval de Dunkerque. Il est aussi l'un de ces hommes qui portent un déguisement de Noir. Il assure dans La Voix du Nord qu'il ne faut y voir aucune arrière-pensée. "Après guerre, on a pris ce qui nous restait, des couvertures, des serviettes, des draps, etc. Avant-guerre, le fait de se grimer en Noir était venu, au départ, de Joséphine Baker et de sa Revue nègre [dans les années 1920] et cela a été repris à Dunkerque", raconte-t-il. 

"Dans mon groupe, quand j’étais jeune, il y avait un homme en Martiniquaise, un autre en Chinois, un Ecossais… Il ne faut rien voir de mal là-dedans", plaide-t-il. "Carnaval, c’est la fête à l’envers. L’homme est en femme, la femme en homme, le pauvre en riche, le Noir en Blanc. C’est l’inversement des valeurs", explique-t-il. "On recherche avant tout le burlesque, comme on le voyait dans les peintures flamandes de Brueghel."

"Aucune revendication politique" pour l'historien Olivier Ryckebusch

Comme le rappelle dans L'Obs l'historien Olivier Ryckebusch, chercheur à l'université de Lille, les Noirs sont un des nombreux groupes de carnavaliers dunkerquois, à l'instar des Corsaires ou des Acharnés. Ses membres sont grimés avec du maquillage noir, vêtus de jupes en raphia, et affublés de colliers d'os et de coiffes de plumes et de fausse fourrure. Avec ces déguisements, l'association, qui fête ses 50 ans cette année, fait "référence à la France coloniale du XIXe siècle".

Pour autant, assure le spécialiste, "il n'y a aucune revendication politique derrière ça". "Le carnaval est une immense farce", rappelle-t-il. "Ce qui est permis au carnaval ne l'est pas en temps normal", insiste-t-il, ajoutant : "Le carnaval c'est la fête de l'inversion, du contresens et de la caricature. C'est un défoulement, avec des excès. Ça peut être aussi une agression, une parodie. Il peut y avoir des danses licencieuses par exemple."