Cet article date de plus d'un an.

Brest : en colère, les commerçants réclament toujours leurs indemnités à l’État

Publié
Brest : en colère, les commerçants réclament toujours leurs indemnités à l’État -
Brest : en colère, les commerçants réclament toujours leurs indemnités à l’État Brest : en colère, les commerçants réclament toujours leurs indemnités à l’État - (France 3)
Article rédigé par France 3 - M. Tregouet, B. Leborgne, O. Mélinand, S. Secret
France Télévisions
France 3
11 mois après la tenue à Brest du sommet mondial des Océans, des commerçants n'ont toujours pas reçu les compensations promises par l’État. Ils avaient dû rester fermés durant une semaine, en pleines vacances. Un manque à gagner important.

Une gérante d’une microbrasserie à Brest (Finistère) a fini l’année dans le rouge. L’indemnité de 3 200 euros compensatoire promise par l’État aurait pu changer la donne. "On aurait apprécié pouvoir la toucher d’autant plus quand on voit les sommes qui ont été dépensées pour le sommet (...). Si on avait été ouvert, ça aurait été une belle semaine", regrette Léna Le Joly, co-gérante de la brasserie. Comme elle, les autres commerçants sont exaspérés et se sentent oubliés.

Plusieurs relances, en vain

Au moment du sommet des océans, l’État leur avait promis une compensation pour la gêne occasionnée. Les Capucins avaient été occupés pendant plusieurs jours de conférence, accueillant les chefs d’État et les représentants des quatre coins du monde. Malgré le soutien de certains élus locaux et les dizaines de relances auprès des ministères concernés, les commerçants restent impuissants et impayés.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.