Montagne : PGHM, 60 ans de secours

Le peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) a fêté ses 60 ans avec la patrouille de France ce 31 mai en Haute-Savoie. Retour sur l'histoire de cette unité d'élite.

Voir la vidéo
France 3

Le peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) a fêté ses 60 ans ce 31 mai en Haute-Savoie. À ses origines, il y a une tragédie : le drame du Mont-Blanc. Au lendemain de Noël 1956, deux jeunes alpinistes sont prisonniers de la montagne. Désorganisées, les équipes de secours partent les unes après les autres. Des sauveteurs les approchent, les photographient même.

Plus de 5 000 opérations de sauvetage chaque année

Mais personne ne parvient à les ramener ; leur agonie va durer six jours. "L'opinion publique a été traumatisée, il y a eu le sentiment d'un gâchis, ainsi qu'un sentiment de compassion pour ces deux-là", rapporte Yves Ballu, historien de la montagne. Et c'est ce sentiment de compassion qui a rendu possible un geste de la collectivité, qui est de dire : 'on ne peut plus sen remettre à des bénévoles, il faut que ce soit des professionnels". Deux ans plus tard, des groupes spécialisés d'intervention sont créés ; ils essaiment sur tout le territoire, d'abord dans les Alpes, puis dans les Pyrénées, avec des moyens et une rapidité d'intervention limités, fidèles à l'époque. Avec le temps, les gendarmes deviennent des techniciens de la montagne, équipés de treuils, d'appareils de chauffage portatifs ; un médecin est également présent sur chaque intervention à partir des années 80. Plus de 5 000 opérations de sauvetage ont lieu chaque année.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un hélicoptère du PGHM survole la Vallée blanche dans le Massif du Mon Blanc en mars 2010.
Un hélicoptère du PGHM survole la Vallée blanche dans le Massif du Mon Blanc en mars 2010. (PHILIPPE DESMAZES / AFP)