Un trafic de mortiers d’artifice démantelé à Amiens : "Ce sont 3 728 tirs contre la police évités"

Le trafic a été repéré sur le réseau social Snapchat après des épisodes de violences urbaines au cours desquels les policiers d’Amiens ont été visés par des tirs de mortiers à la fin du mois de septembre.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Sur le compte officiel de la police nationale de la Somme. (CAPTURE D'ECRAN TWITTER)

Un trafic de mortiers d’artifice a été démantelé ces derniers jours à Amiens, a appris franceinfo mercredi 8 décembre après de source policière. Les enquêteurs ont remonté une filière d’approvisionnement après que des policiers aient été la cible de tirs dans la nuit du 25 au 26 septembre, dans plusieurs quartiers d’Amiens. Au total, près de 500 mortiers ont été saisis, ainsi que des armes à feu et des stupéfiants. Deux hommes âgés de 27 et 29 ans ont été interpellés vendredi et dimanche. L’un d’eux sera jugé en comparution immédiate mercredi après-midi.

"Ce sont 3 728 tirs de mortiers évités pour les forces de l’ordre", se réjouit auprès de franceinfo le commissaire Cyril Pizoird, directeur départemental adjoint de la sûreté publique de la Somme. En effet, 466 mortiers huit coups ont été saisis au cours de différentes perquisitions menées dans des véhicules, des domiciles, et dans un box.

"Une véritable activité économique souterraine"

Les policiers ont également retrouvé des armes à feu, des armes de défense, des gazeuses, des coups de poing américains, des sabres katana, mais également des faux brassards de police, des bouteilles d’alcool, du tabac de contrebande, et des produits stupéfiants, tels que deux kilos d’herbe, de la résine de cannabis, de la cocaïne, et des ecstasy. "Une véritable activité économique souterraine", pour le commissaire Pizoird.

"On était sur deux délinquants multicartes qui avaient monté leur business de livraison et de vente en ligne sur Snapchat."

Cyril Pizoird, directeur départemental adjoint de la sûreté publique de la Somme

à franceinfo

C'est sur ce réseau social qu'a rapidement été repéré le trafic, à la fin du mois de septembre, quelques jours après des épisodes répétés de violences urbaines au cours desquels les policiers d’Amiens ont été visés par des tirs de mortiers, un phénomène de plus en plus observé sur l’ensemble du territoire national.

Cosaisis par le parquet d’Amiens, le groupe "atteintes aux personnes" de la sûreté départementale de la Somme et la plateforme Pharos de la sous-direction de la lutte contre la cybercriminalité de la direction centrale de la police judiciaire sont ensuite parvenus à identifier deux hommes poursuivis aujourd’hui pour "mise à disposition sur le marché d’articles pyrotechniques n’ayant pas fait l’objet d’une procédure d’évaluation de la conformité" et "travail dissimulé". Âgé de 29 ans et domicilié à Longueau, le premier mis en cause doit être jugé en comparution immédiate ce mercredi après-midi. Le deuxième, âgé de 27 ans et domicilié à Amiens, a été placé sous contrôle judiciaire et sera jugé ultérieurement.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Amiens

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.