L'affaire Lazard en quatre moments-clés

Audrey Pulvar dément tout arrangement entre Arnaud Montebourg, son compagnon, et Matthieu Pigasse, patron de la banque Lazard.

La journaliste Audrey Pulvar, le 3 septembre 2012 sur le plateau du \"Grand Journal\" de Canal+.
La journaliste Audrey Pulvar, le 3 septembre 2012 sur le plateau du "Grand Journal" de Canal+. (FRANÇOIS GUILLOT / AFP)

POLITIQUE - C'est quelque peu irritée qu'Audrey Pulvar a démenti, lundi 3 septembre sur le plateau du "Grand Journal" de Canal+, les accusations de "trafic d'influence" portées contre elle et son compagnon, le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg. "Il n'y a pas eu d'échange de bons procédés, ni de trafic d'influence entre mon compagnon et Matthieu Pigasse, les deux ne se connaissaient pas au moment où j'ai été embauchée, ils se sont rencontrés fortuitement quelque temps après, nous ne sommes pas des familiers", a-t-elle assuré. Retour en quatre actes sur cette polémique.

Acte 1 : Pigasse embauche Pulvar aux "Inrockuptibles"

Audrey Pulvar, compagne d'Arnaud Montebourg, devient directrice de la rédaction des Inrockuptibles, annonce le magazine vendredi 13 juillet. Pour remplacer David Kessler, parti à l'Elysée conseiller François Hollande, le propriétaire des Inrocks, Matthieu Pigasse, "met en place à la tête de l’entreprise un nouveau tandem constitué d’Audrey Pulvar (…) et d’Arnaud Aubron, jusqu'alors rédacteur en chef actu des Inrocks et des Inrocks.com". Audrey Pulvar est nommée"directrice générale en charge de l'éditorial".

Acte 2 : la banque Lazard auditionnée à Bercy

Bercy recherche une banque solide pour l’aider à monter la Banque publique d’investissement, l’une de ses mesures économiques phares. Un appel d’offres est lancé et, début août, quatre banques sont auditionnées. Parmi elles, la banque Lazard, dirigée par Matthieu Pigasse. Les dés sont jetés.

Acte 3 : "Le Nouvel Observateur" sème le doute

Le 30 août, Le Nouvel Observateur révèle que la banque Lazard est en passe d'être choisie par le gouvernement pour le conseiller au sujet de la future Banque publique d'investissement. Selon le magazine, en échange de la nomination d'Audrey Pulvar à la tête des Inrockuptibles, Arnaud Montebourg serait intervenu auprès du ministre de l'Economie, Pierre Moscovici. Conséquence ? La banque Lazard aurait obtenu le mandat. L'hebdomadaire y voit un possible conflit d'intérêts.

Dès la parution de l'article, plusieurs voix de l'UMP demandent au gouvernement de "la transparence" sur ce choix. Invitée dimanche soir au Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro, la candidate à la présidence de l'UMP Nathalie Kosciusko-Morizet enjoint la commission des finances d'utiliser "ses moyens d'investigation" pour "lever le soupçon de conflit d'intérêts", comme le rapporte Le Figaro.fr.

Furieuse, Audrey Pulvar annonce vouloir "attaquer Le Nouvel Obs en diffamation", lundi 3 septembre sur Canal+.

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

 

Acte 4 : Montebourg fait diversion, Moscovici se défend

Mis en cause, le ministre du Redressement productif tente un contre-feu. Accusé de conflit d'intérêts avec Matthieu Pigasse, il choisit de critiquer Matthieu Pigasse. Le choix de la banque Lazard ? "Une très mauvaise idée", explique Arnaud Montebourg à l'issue de son intervention devant l'université du Medef, vendredi 31 août. Cette décision, "ce n'est pas moi qui l'ai prise (…), affirme-t-il. Vous comprenez que je ne suis pas très content."  

Et tant pis pour Pierre Moscovici, qui défend seul son choix. Selon lui, la banque Lazard avait "la meilleure" des quatre offres présentées. Le ministre de l'Economie réfute l'idée d'un conflit d'intérêts ou d'un "renvoi d'ascenseur". Dans un article du Figaro.fr, lundi 3 septembre, un banquier ayant participé à l’appel d’offres sur la BPI explique que la procédure "a suivi les règles de l'art. C'est un mauvais procès qui est fait."