75 % des personnes interrogées pour un sondage IFOP ne croient pas à l'efficacité de la taxe provisoire sur les bonus

Sondage publié par Le Monde de mercredi.83 % des personnes qui ont répondu aux questions de l'IFOP disent cependant approuver le principe de cette taxe.

une succursale de la Caisse d\'Epargne
une succursale de la Caisse d'Epargne (France 3)

Sondage publié par Le Monde de mercredi.

83 % des personnes qui ont répondu aux questions de l'IFOP disent cependant approuver le principe de cette taxe.

20 % des sondés pensent que les banquiers ont tiré les leçons de la crise financière de ces derniers mois et adopté des comportements moins risqués et 27 % estiment qu'ils accordent assez de crédits aux entreprises.

La taxe extraordinaire décidée pour un an par le gouvernement ne concerne pas les primes de moins de 27.500 euros, qui en seront exonérées, ni celles des traders de banques françaises travaillant à l'étranger, ni certains fonds d'investissement. La taxe remplace en outre un autre impôt destiné à financer un fonds de garantie des dépôts, pour 270 millions d'euros. La recette nouvelle attendue est donc de 90 millions d'euros, une part que la gauche juge marginale dans les profits bancaires.

L'Etat français a consenti un double soutien aux banques en 2008-2009, d'abord par une garantie des prêts interbancaires jusqu'à 320 milliards d'euros, ensuite par une recapitalisation de six grands réseaux, à hauteur de 40 milliards d'euros.

Le sondage a également été réalisé au Royaume-Uni, où il a donné des résultats similaires. 73 % des personnes interrogées disent ne pas croire en la version locale de la taxe sur les bonus, 71 % jugeant probable la survenue d'une nouvelle crise et 27 % pensant que les banquiers ont tiré la leçon de l'évènement.

L'enquête a été réalisée du 6 au 12 janvier sur un échantillon de 1004 personnes en France et 1014 en Grande-Bretagne, sélectionné selon la méthode des quotas dans la population de 18 ans et plus.