Cet article date de plus de treize ans.

7.000 à 10.000 employés en grève réclament 3,5% d'augmentation, selon l'intersyndicale

Les employés de Toulouse, Nantes et Saint-Nazaire étaient appelés vendredi à débrayer pendant une heure et demie. Outre une hausse des salaires, ils réclament des embauches et rejettent des transferts d'activité vers l'Allemagne.Le conflit devrait se poursuivre. L'intersyndicale se réunira à nouveau lundi pour décider d'autres actions.
Article rédigé par France2.fr
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le groupe européen de défense et d'aéronautique EADS. (France 2)

Les employés de Toulouse, Nantes et Saint-Nazaire étaient appelés vendredi à débrayer pendant une heure et demie. Outre une hausse des salaires, ils réclament des embauches et rejettent des transferts d'activité vers l'Allemagne.

Le conflit devrait se poursuivre. L'intersyndicale se réunira à nouveau lundi pour décider d'autres actions.

Jean-François Knepper, délégué de Force ouvrière, qui s'est adressé aux employés, estime que les "salariés pourraient bloquer la production".

Pour sa part, le directeur général en charge des ressources humaines, Thierry Baril a indiqué que la direction d'Airbus a fait vendredi "des avancées significatives" en terme de propositions d'augmentation, soit "1,9% toutes mesures confondues".

Cette proposition est jugée "inacceptable" et a été "unanimement rejetée" par l'intersyndicale FO-CFE/CGC-CFTC-CGT-CFDT, a déclaré M.Knepper.

M. Baril a dénonçé les positions "déraisonnables" de certaines organisations syndicales qui "attendent toujours de notre part une politique salariale entre 3,5 et 5% qui ne peut pas du tout coller avec la situation actuelle".

L'intersyndicale réclame aussi une reprise des embauches après l'application du plan Power 8 qui a signifié non seulement la suppression de milliers d'emplois ces dernières années, mais aussi une détérioration des conditions de travail, selon elle.

Les salariés de Toulouse font écho aux inquiétudes quant à l'avenir de l'industrie française et s'émeuvent de la décision, confirmée lundi par le président Thomas Enders, de faire construire en Allemagne le successeur du moyen-courrier à succès A320.

"Le programme A320 fait vivre l'entreprise, et si les salariés allemands ont le droit de vivre, les salariés français aussi", a déclaré le délégué FO.

Airbus, a souligné de son côté M. Baril, a "recruté en 2009 1.700 personnes, dont la moitié en France et en particulier à Toulouse. Et en 2010 nous allons recruter 1.500 personnes, dont la moitié en France, et notamment à Toulouse".

"10 jours de réflexion" ont été proposé par la direction aux partenaires sociaux pour que ses propositions soient examinées.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.