Essonne : 1 200 mortiers d'artifice saisis dans un magasin de revente

Quelques heures avant les feux d'artifice du 14-Juillet, les forces de l'ordre ont saisi 600 fusées et chandelles à Juvisy-sur-Orge. Ces mortiers d'artifice, qui peuvent être utilisés pour affronter policiers et gendarmes, sont interdits à la vente pour les particuliers.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Une fusée utilisée contre les forces de l'ordre dans une manifestation le 29 juin 2023 à Nanterre, après la mort de Nahel. (POLYVIOS ANEMOYANNIS / HANS LUCAS VIA AFP)

Près de près de 1 200 mortiers d'artifice ont été saisis le 13 juillet, en fin d'après-midi à Juvisy-sur-Orge (Essonne) dans un magasin, indique une source proche de l'enquête à franceinfo. 

Le gérant de "l'établissement de type bazar" a été placé en garde à vue. Dans le détail, ce sont 600 fusées et chandelles et 600 dispositifs se posant au sol qui ont été découverts. 

>> 14-Juillet : les renseignements craignent une nouvelle utilisation massive de mortiers d'artifices contre les forces de l'ordre

Un décret a été pris par le gouvernement pour interdire la vente d'articles de pyrotechnie dans le cadre des festivités du 14-Juillet, "au regard du risque que leur utilisation ferait courir aux forces de l’ordre". Le Conseil d'Etat a validé le 13 juillet cette interdiction pour les fusées et les chandelles romaines "massivement utilisées lors des récentes émeutes", mais l'a retoquée concernant les articles "dits de farces et attrapes tels que les pétards claque-doigts ou les fontaines à gâteaux".

Le Conseil d'Etat souligne que le décret pris par le gouvernement ne concerne pas spécifiquement les mortiers d'artifices, "déjà réservés aux seuls artificiers professionnels" d'ordinaire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.