Festival de Cannes : encore bouleversants avec leur film "Tori et Lokita" sur les réfugiés, les frères Dardenne vers une troisième Palme d'or ?

Toujours social, talentueux et touchant, on ne compte plus le nombre de films signés du duo de réalisateurs belges présentés à Cannes. Ils briguent une troisième palme après "Rosetta" et "L’Enfant".

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Joely Mbundu et Pablo Schils dans "Tori et Lokita" de Jean-Luc et Jean-Pierre Dardenne (2022). (CHISTINE PLENUS)

Deux fois Palme d’or, en 1999 pour Rosetta et L’Enfant en 2005, Jean-Pierre et Jean-Luc Dardenne en briguent une troisième avec Tori et Lokita, qui traite de l’errance en Belgique de deux mineurs réfugiés béninois. Toujours social, talentueux et bouleversant, le duo de réalisateurs belges touche encore juste.

Cruel et révoltant

Fraîchement débarquée en Belgique en provenance du Bénin, Lokita, qui approche les 18 ans, s’est entichée de Tori, d’une dizaine d’années, qu’elle a croisé en arrivant et qu’elle considère comme son frère. Pour rembourser leur passeur, ils participent à un trafic de drogue et elle doit se soumettre sexuellement au dealer. Séparés par le trafiquant avec lequel ils travaillent, leur amitié va provoquer l’irréparable.

Les frères Dardenne concoctent une fois encore un beau scénario original pour stigmatiser une réalité contemporaine : l’immigration économique africaine en Europe. L’amitié qui rapproche Lokita et Tori touche au cœur dans le lien qu’elle instaure avec leur pays d’origine regretté, quitté pour envoyer de l’argent à leurs familles. L’attitude de leurs "employeurs" à leur égard n’en est que plus cruelle et révoltante.

Humanisme militant

Fidèles au réalisme de leurs films, Jean-Pierre et Jean-Luc Dardenne le creuse un peu plus en privilégiant le plan séquence qui en accentue la véracité. Mais comme l’a fait remarquer une Camerounaise à la sortie de la salle, elle est toutefois un peu écornée par l’absence d’accent chez ces deux jeunes Africains tout juste arrivés de leur Bénin natal, comme s’ils vivaient depuis dix ans en Belgique. Un détail, mais qui reflète une négligence auquel d’autres cinémas, notamment américain, sont très attentifs.

Ce bémol n’entache pas Tori et Lokita qui reste dans l’exacte lignée du cinéma de Jean-Pierre et Jean-Luc Dardenne. Leur fibre sociale se transpose une fois de plus dans un militantisme humaniste intact, avec leur épure formelle coutumière, remarquable et renouvelée.

La fiche

Genre : drame
Réalisateur : Jean-Pierre et Jean-Luc Dardenne
Acteurs : Pablo Schils, Joely Mbundu, Alban Ukaj
Pays : Belgique / France
Durée : 1h28
Sortie : 28 septembre 2022
Distributeur : Diaphana Distribution

Synopsis : Aujourd’hui en Belgique, un jeune garçon et une adolescente venus seuls d’Afrique opposent leur invincible amitié aux difficiles conditions de leur exil.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Festival d’Avignon 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.