Cet article date de plus d'un an.

Vienne : un patient avoue avoir tué une femme dans son lit d'un hôpital psychiatrique à Nieuil-l'Espoir

Ce jeune homme de 20 ans, déjà connu pour des faits de violences, était lui-même hospitalisé dans cet établissement psychiatrique.

Article rédigé par
avec France Bleu Poitou - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La commune de Nieuil-l'Espoir (Vienne). (GOOGLE MAPS)

Un patient a avoué avoir tué une femme dans son lit de l'hôpital psychiatrique Laborit à Nieuil-l'Espoir (Vienne), rapporte France Bleu Poitou. Interpellé en début de semaine, le jeune homme de 20 ans a été mis en examen pour homicide volontaire jeudi 30 janvier, dans l'attente d'une expertise psychiatrique.

Les faits remontent au mois d'octobre 2019. La patiente d'un centre spécialisé en psychiatrie, âgée de 29 ans, a été tuée par étouffement. Son corps sans vie a été retrouvé par une aide-soignante.

Des aveux quatre mois après les faits

Plusieurs indices ont mené les enquêteurs vers l'auteur présumé des faits, notamment son ADN présent sur le t-shirt de la victime. Ce patient avait cherché à les mener vers une fausse piste en déclarant avoir vu un homme, saignant de l'oreille, sortir de la chambre de la victime le soir des faits.

Quatre mois plus tard, ce patient de 20 ans vient d'avouer le meurtre, reconnaissant s'être rendu dans la chambre de la victime pour l'étouffer dans son sommeil. Il entretenait une " relation privilégiée " avec la jeune femme d'après les mots du procureur de la République de Poitiers, Michel Garrandeaux, et n'a pas supporté d'être éconduit par la victime la veille des faits. Celui qui se décrit comme "gentil mais très impulsif " dit regretter son geste. Le jeune homme est déjà connu pour des faits de violences et menaces de mort avec armes.

Un autre malade avait été interpellé en début de semaine, en même temps que l'auteur présumé. C'était un témoin privilégié car il avait déclaré avoir vu le principal suspect sortir en courant de la chambre de la victime le soir des faits. Un débat contradictoire doit avoir lieu mardi prochain pour décider de son placement ou non en détention provisoire. La préméditation pourrait aussi être retenue, car le jeune homme avait pris soin d'emporter son propre oreiller dans la chambre de la victime pour l'étouffer.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.