Cet article date de plus de huit ans.

Vidéo "On ne peut pas accepter qu'on s'en prenne à un journal", déclare Valls

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
FRANCE 3
Article rédigé par
France Télévisions

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, s'est rendu sur les lieux de la fusillade, dans les locaux du journal "Libération".

"On ne peut pas accepter qu'on s'en prenne à un journal." Après la fusillade survenue lundi 18 novembre dans les locaux de Libération, Manuel Valls a assuré que la police allait "tout faire" pour interpeller rapidement l'auteur des coups de feu, qui a grièvement blessé un assistant photographe.

"L'individu court, il représente un véritable danger, a déclaré le ministre de l'Intérieur lors d'un point presse devant le siège du journal, nous ferons tout pour interpeller cet individu." Manuel Valls a aussi évoqué une "scène de guerre" dans le hall de Libération après cette fusillade, d'une "très grande violence", qui n'avait "rien à voir avec la démocratie".

"Tout le monde est mobilisé" autour de Libération "pour recueillir le maximum d'éléments", a-t-il ajouté. Interrogé pour savoir s'il s'agissait du même individu que celui qui s'est présenté armé vendredi à BFMTV, Manuel Valls n'a pas répondu. "Tous les éléments vont évidemment être recoupés", a-t-il dit.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.