Cet article date de plus de deux ans.

Vidéo L'affaire Romand : retour sur un fait divers qui marqua les années 90

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
C’est un fait-divers qui a marqué l’année 1993. Le 9 janvier, Jean-Claude Romand, un père de famille, assassinait l’ensemble de sa famille après avoir été démasqué.
brut
Article rédigé par
France Télévisions

C’est un fait divers qui a marqué l’année 1993. Le 9 janvier, Jean-Claude Romand, un père de famille, assassinait l’ensemble de sa famille après avoir été démasqué. 

Des mensonges en série

Pour Jean-Claude Romand, tout commence en 1975. Il échoue à ses études de médecine mais le cache à sa famille. Il réussit à leur faire croire qu’il exerce en tant que médecin à l’OMS, en Suisse. Il emprunte de l’argent à des proches afin d’entretenir son train de vie. Son temps libre, il l'occupe en lisant des livres dans sa voiture sur les parkings de la région. "Il vivait prétextant des facilités de placements en Suisse, il ne faisait rien de ses journées." Père de deux enfants qu’il a eu avec son épouse Florence, il est considéré comme un chercheur respectable et un bon père de famille par son entourage.

Jusqu'au jour où...

Tout bascule après 18 ans de mensonges. Endetté et suspecté par son épouse, il assassine sa famille le 9 janvier 1993. Il commence par tuer son épouse. Il continue en abattant sa fille de cinq balles dans le dos et il réserve le même sort à son fils. Le lendemain, il déjeune avec ses parents avant de les abattre, ainsi que leur chien. Par la suite, il tente même d’assassiner une ancienne maîtresse qui voulait récupérer de l’argent qu’elle lui avait prêté.

"Après ces 6 meurtres, il a avalé des barbituriques et mis le feu à la maison. Les pompiers ont juste eu le temps de le retirer des flammes." Retrouvé inconscient chez lui, il nie d’abord les faits. Durant son procès, les psychiatres soulignent son côté "mythomane" et évoquent une "pathologie narcissique".
En 1996, Jean-Claude Romand est reconnu coupable du meurtre de 5 membres de sa famille. Le 2 juillet 1996, il est condamné à la prison à perpétuité, assortie de 22 ans de sûreté.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.