VIDEO. Braquages en série à Cannes : les bijoutiers veulent plus de policiers

Le préfet des Alpes-Maritimes envisage la mise en place d'un comité Croisette sur le modèle de celui qui fédère les grandes maisons de la place Vendôme.

France 2 - Clément Le Goff et Nicolas Auer

Deux hold-up ont été commis en trois jours sur la Croisette. Lundi 29 juillet, un braqueur, seul, armé et cagoulé, a volé des dizaines de bijoux lors d'une exposition-vente au luxueux hôtel Carlton de Cannes (Alpes-Maritimes). Butin record estimé à plus de 100 millions d'euros. Mercredi 31 juillet, deux hommes armés et opérant à visage découvert ont dévalisé un horloger de luxe une nouvelle fois à Cannes, emportant une centaine de montres, pour une valeur supérieure à un million d'euros. Après ces attaques, les professionnels du luxe dénoncent un manque de policiers, jeudi 1er août, au micro de France 2.

"Aujourd'hui, on n'a pas de patrouilles de police, pas de plan été où une voiture de police vient aux horaires de fermeture", se plaint Walter Ronchetti, le directeur de l'horlogerie braquée. "Tous les commerces doivent être protégés. Il faut qu'il y ait plus de patrouilles", poursuit Frédéric Venou-Julian, un joaillier cannois.

La réponse du préfet des Alpes-Maritimes ne s'est pas fait attendre. Adolphe Colrat a annoncé vouloir renforcer la sécurité autour des enseignes de luxe de la Croisette, en mettant en place un comité, sur le modèle de celui qui fédère, depuis des décennies, les grandes maisons de la place Vendôme à Paris.

Un enquêteur de la police scientifique devant la vitrine d\'un horloger de luxe victime d\'un vol, le 31 juillet 2013, à Cannes (Alpes-Martimes).
Un enquêteur de la police scientifique devant la vitrine d'un horloger de luxe victime d'un vol, le 31 juillet 2013, à Cannes (Alpes-Martimes). (VALERY HACHE / AFP)