Cet article date de plus de huit ans.

Var : deux enfants et une femme meurent dans un incendie

Les flammes ont ravagé un chalet près de Brignoles. L'origine du drame reste à déterminer.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le drame s'est produit dans la nuit du vendredi 24 à samedi 25 mai à Carcès, près de Brignoles dans le Var.

Deux enfants âgés de 7 et 8 ans et une femme sont morts dans la nuit du vendredi 24 à samedi 25 mai dans l'incendie d'un chalet, à Carcès, près de Brignoles dans le Var. L'origine de l'incendie reste à déterminer.

Selon les premiers éléments de l'enquête, l'incendie s'est déclaré vers 23h30 dans une habitation de structure légère. Les pompiers ont été appelés par l'occupant des lieux, un homme de 45 ans qui a indiqué que les victimes étaient sa femme et ses deux enfants.

L'homme en état de choc à l'hôpital

A l'arrivée des pompiers, le chalet était totalement embrasé. Ils ont découvert sur place les corps carbonisés. Le père de famille, sorti sain et sauf de l'incendie a été transporté à l'hôpital de Brignoles, a indiqué le chef d'escadron de Brignoles, Éric Lavagna. "L'habitation de structure légère a été détruite extrêmement rapidement", a précisé le commandant. Le feu a été maîtrisé vers 2 heures du matin par une trentaine de pompiers.

La procureur de la République à Draguignan (Var), Danielle Drouy-Ayral, a affirmé à l'AFP qu'"une autopsie [serait] réalisée dans les prochains jours à l'institut médico-légal de Nice", afin de déterminer avec certitude les identités des victimes. Les enquêteurs restent pour l'instant sur l'hypothèse qu'il s'agit de l'épouse et des deux enfants du seul survivant, un enseignant du Luc (Var), habitant la commune de Carcès, depuis une quinzaine d'années, a précisé la magistrate. L'homme est toujours samedi matin en état de choc à l'hôpital. Un expert incendie se rendra dans les prochains jours sur les lieux du sinistre, a ajouté la procureur.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.