Vannes : suicides en série au 3e Rima

Trois militaires du 3e Régiment d'infanterie de marine de Vannes se sont suicidés depuis janvier 2013. La mère de l'un d'eux témoigne sur France Info. Certains soldats évoquent un dysfonctionnement.

(La première compagnie du 3e Rima de Vannes a connu trois suicides © Maxppp)

Trois suicides dans le même régiment depuis janvier 2013 à Vannes : deux l'an dernier et un troisième le 28 août, pour lequel l'enquête n'est pas close. Le dernier soldat, âgé de 24 ans, s'est donné la mort trois jours avant son retour à la caserne de Vannes. Les trois militaires appartenaient à la quatrième section de la première compagnie, surnommée "Les Forbans". Comme le révèle le quotidien Ouest France mardi, cette succession interroge et fait émerger la parole de soldats dénonçant un dysfonctionnement.

 Cette compagnie du 3e Régiment d'infanterie de marine (Rima) a notamment combattu en Afghanistan en 2009 et elle avait payé un lourd tribu avec la mort de cinq soldats. Le premier militaire qui s'est donné la mort en janvier 2013 était allé en Afghanistan. Les deux autres soldats du 3e Rima de Vannes ont servi au Mali. Ils auraient été uniquement affecté à la garde de l'aéroport de Bamako et n'auraient pas pris part à des opérations de combats. 

De retour du Mali, son fils était "abattu"

"A aucun moment dans les mots ou les traces laissées il n'y a de relation directe avec le régiment ", indique le colonel Hervé Pierre joint par France Info, qui dirige le régiment. Mais d'après la mère du dernier soldat qui s'est donné la mort, jointe également par France Info, le jeune homme était rentré très marqué du Mali, où il avait passé quatre mois. Quelques jours avant de se donner la mort il avait confié qu'il ne souhaitait pas réintégrer son régiment. "Il avait beaucoup de mal à s'exprimer, dire ce qui s'était passé. Son remède c'était de s'isoler dans sa chambre. Il ne comprenait pas pourquoi il était abattu comme ça  ".

Les explications de Sébastien Baer, il a pu joindre la mère d'un des soldats du 3e Rima de Vannes qui s'est suicidé fin août
--'--
--'--

"Des gifles, ils appellent ça des claques de bon fonctionnement"

Les services médicaux des armées n'auraient pas décelé de choc post-traumatique à leur retour de mission. Après les deux premiers suicides et avant le troisième suicide du 28 août, l'armée aurait décidé un suivi psychologique pour les militaires qui le désiraient. Des entretiens avec des médecins se sont déroulés à Vannes le 9 septembre dernier. 

Sur le site de Ouest France , certains militaires pointent également une ambiance délétère et évoque notamment des "sous-officiers qui utilisent de façon perverse leur grade, les insultes racistes " ou encore qui "donnent des gifles, ils appellent ça des claques de bon fonctionnement ".